19 Novembre 2017

Burkina Faso: 50 femmes à l'école de la formalisation des entreprises

Le ministère en charge du commerce a organisé un atelier de formation sur l'entrepreneuriat féminin à l'endroit de 50 femmes, le vendredi 10 novembre 2017 à Ouagadougou. Les participantes exerçant dans le secteur informel ont été formées aux «procédures de création d'entreprise et aux avantages de la formalisation ».

Dans le cadre du projet Mainstreaming du genre dans le développement du secteur privé au Burkina Faso, 50 femmes de la ville de Ouagadougou ont reçu des rudiments sur la création d'entreprise et les avantages y afférents. Cette formation, initiée par le ministère en charge du commerce en partenariat avec le fonds commun genre, a eu lieu le vendredi 10 novembre 2017 à Ouagadougou.

Elle vise, selon le directeur de suivi, de l'évaluation et de la capitalisation du ministère du Commerce, Brama Dao, à développer le secteur formel, à inciter le maximum de femmes à quitter l'économie informelle pour le formel.

« Il s'avère nécessaire d'œuvrer à faire connaître les avantages de la formalisation aux femmes qui sont en tête d'unité économique et de leur donner des documents pour que leurs activités puissent se mener dans la légalité », a-t-il affirmé.

A l'issue de l'atelier, 50% des bénéficiaires dont 25 femmes seront retenues pour un accompagnement dans la création des entreprises. En effet, la sélection sera faite en fonction de leur secteur d'activité et de leur chiffre d'affaires, selon M. Dao.

« Il y a des femmes dont leur chiffre d'affaires s'élève à des millions ou des milliards mais qui sont toujours au niveau de l'informel. Il faut donc les accompagner à formaliser leur entreprise au bénéfice de toute la nation », a-t-il précisé.

A entendre le directeur de suivi, de l'évaluation et de la capitalisation, les 25 femmes choisies vont suivre une autre formation sur les techniques de négociation commerciale (pour les aider à trouver du partenariat) et les rencontres B to B.

La deuxième formation sera orientée sur les procédures à respecter et les normes élémentaires de qualité. Il a ajouté qu'elles bénéficieront non seulement d'une subvention de 35 000 FCFA pour la création de leur entreprise mais aussi d'un accompagnement à hauteur de 100 000 F CFA pour leur adhésion au Centre de gestion agréé.

Brama Dao a conclu ses propos en signifiant qu'une dernière sélection sera faite et 10 personnes seront retenues parmi les 25 femmes. Ces dernières auront des équipements pour développer leurs activités ainsi que leurs revenus.

Pour le formateur Joël Yaméogo, la question du marketing sera abordée. A ce sujet, les participantes vont apprendre à mieux vendre leurs produits. L'influence de la famille dans la gestion de l'entreprise ne sera pas en reste de même que la gestion de la comptabilité, à en croire M. Yaméogo.

Burkina Faso

Nantes - Année terminée pour Préjuce Nakoulma

Préjuce Nakoulma ne retrouvera plus les pelouses de la Ligue 1 cette année. Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.