18 Novembre 2017

Sénégal: Dette publique, taux d'absorption, financements public - Les orientations de la BAD

Serge Marie N'Guessan, responsable-Pays du Groupe de la Banque africaine de développement au Sénégal, s'est dit «satisfait» des actions de son institution financière pour le développement du Sénégal et de l'Afrique en général. Il l' a fait savoir hier, vendredi 17 novembre, audit siège à Dakar, lors d'un petit déjeuner de presse, en prélude à la revue annuelle conjointe de coopération entre la Bad et le Sénégal, prévu le 21 prochain.

Le tout nouveau responsable-pays du Groupe de la Banque africaine de développement, région Afrique de l'ouest, Serge Marie N'Guessan s'est prononcé hier, vendredi 17 novembre, à Dakar sur plusieurs questions relatives à l'action de son institution au Sénégal de manière particulière et du continent de manière générale.

Lors d'un débriefing, d'une part pour le Sénégal; la dette publique, le taux d'absorption des financements accordés, les projets publics à financer pour 2018, d'autre part, le niveau d'honorabilité des engagements de la BAD pour la période 2015-2017.

La dette du Sénégal est acceptable 

Sur la dette publique, il rassure en ces mots: «La dette du Sénégal est acceptable au regard du plafond fixé par l'Uemoa. Par conséquent, nous ne sommes pas encore inquiets du niveau d'endettement du Sénégal», a-t-il ainsi coupé court au débat sur la question.

19% de taux d'absorption 

A cette question, le représentant résident au Sénégal de d'inviter les autorités à revoir ensemble cette question: «Le taux d'absorption des financements accordés est de 19%. Peu avant septembre, il était de 16%. Donc, en deux mois, il a progressé passant ainsi de 16% à 19%. Mais, on peut faire mieux», a-t-il dit.

599 milliards injectés en 5 ans 

S'agissant de l'octroi de financements pour le Sénégal, le responsable-pays de la Banque africaine de développement s'est dit tout simplement satisfait. «Les chiffres sur le Sénégal sont tout simplement impressionnants. En 40 ans (1972-2012), la Bad a injecté 845 unités de comptes soit 670 milliards de francs CFA.

Et de 2013 à 2017, a injecté 756 unités de comptes soit 599 milliards de francs CFA», a-t-il magnifié tout en précisant qu'en 2 ans seulement 2015-2017, «la Bad a injecté sur le guichet 455 unités de comptes soit l'équivalent de 366 milliards de francs CFA.

Donc, en 5 ans, le Sénégal a bénéficié des investissements record sur des projets stratégiques clefs à fort impact économique tels l'Aibd, l'autoroute à péage, la Centrale électrique de Sindou, le Port autonome de Dakar, le Train express régional (Ter), Promo ville... . Et nous en sommes fiers et satisfaits de la qualité de notre intervention au Sénégal», a-t-il laissé entendre.

La BAD va injecter 33 milliards en 2018

Au chapitre des investissements pour 2018, M. N'Guessan dira : «une enveloppe de 33 milliards de francs CFA sur des projets structurants comme l'agro-business, l'industrie et le corridor tranche 2 dans le Sud du pays», a indiqué Robert Kossi Eguida, responsable des programmes Pays principal.

630 emplois crées en 2016

Lors de cette rencontre avec la presse spécialisée en économie, la question de l'emploi n'a pas été occultée comme tant d'autres. Sur ce, il dira que «la Bad entend créer 25 000 000 d'emplois d'ici 2025, soit 2 millions par an. Au compte de l'année 2016, la Bad a créé 630 000 emplois».

Sénégal

La crise israélo-palestinienne mobilise au Sénégal

Comme dans de nombreuses villes du continent, un rassemblement a été organisé à Dakar ce… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.