19 Novembre 2017

Afrique de l'Ouest: Revue annuelle de l'UEMOA

Le président de la Commission de l'UEMOA, Abdallah Boureima, a fait le point, vendredi 17 novembre 2017 à Ouagadougou, au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, de l'état de mise en œuvre, au titre de l'année en cours, des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au Burkina Faso.

Sur les 122 directives de l'UEMOA, le Burkina Faso a obtenu en 2017, un taux de satisfaction de 77,8%. C'est ce point de la revue 2017 des réformes, politiques, programmes et projets communautaires, qu'a fait le président de la Commission de l'Union, Abdallah Boureima, au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, le vendredi 17 novembre dernier à la Primature.« Cette revue a été très positive dans ses conclusions pour le Burkina Faso.

Des recommandations ont été formulées à l'endroit des autorités du pays, mais aussi de la commission de l'UEMOA, afin d'améliorer les performances lors de la prochaine revue », a souligné le président de la Commission de l'UEMOA, à sa sortie d'audience.

Instituée par la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement d'octobre 2013 à Dakar au Sénégal, la revue annuelle de l'UEMOA, selon Abdallah Boureima, a porté sur les domaines de la gouvernance économique et la convergence, du marché commun et des politiques sectorielles.

Concernant les politiques sectorielles, il s'est dit satisfait des progrès enregistrés dans les secteurs de l'agriculture, de l'eau et de la santé.

Le Burkina Faso est-il satisfait de son score ? Pour la ministre de l'Economie, des Finances et du Développement, Rosine Coulibaly, obtenir un taux d'environ 78% sur 122 directives couvrant 13 programmes « dans des domaines variés de grande complexité », est très encourageant.

Pour justifier ce chiffre, elle a expliqué que le Burkina Faso a adopté d'importantes réformes dans divers secteurs. « Dans la revue, il est ressorti que nous sommes le seul pays au niveau communautaire, à avoir adopté le budget- programme. Nous sommes une référence et des pays viennent s'inspirer de notre exemple », a-t-elle indiqué.

De même, dans les marchés publics, la ministre en charge de l'économie a noté des réformes « courageuses » permettant aujourd'hui au Burkina Faso d'assurer « une transparence et une célérité» dans le secteur. Rosine Coulibaly s'est aussi réjouie de la mise en œuvre des directives relatives à l'égalité de traitement des étudiants ressortissants de l'UEMOA, notamment en ce qui concerne les frais de scolarité dans les universités de l'espace.

«Ce sont des acquis que nous saluons. En dépit des contraintes sécuritaires et une très forte demande sociale, nous avons pu tenir la barque », s'est-elle félicitée, tout en indiquant qu'une feuille de route sera adoptée pour améliorer la mise en œuvre de certaines directives afin d'être plus performant lors des revues à venir.

En effet, pour améliorer son score, le site officiel de l'UEMOA souligne que le pays des Hommes intègres doit respecter des critères tels que le solde budgétaire, la masse salariale et la pression fiscale.

En sus, il a été relevé la non-conformité « de certains textes nationaux transposés aux dispositions communautaires, en particulier des directives relatives aux chirurgiens-dentistes, médecins et pharmaciens et les textes sur la concurrence, et celle relative à la mise en place d'un dispositif de suivi institutionnel du programme de transition fiscale, transposée mais non mise en œuvre ».

Burkina Faso

Nantes - Année terminée pour Préjuce Nakoulma

Préjuce Nakoulma ne retrouvera plus les pelouses de la Ligue 1 cette année. Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.