20 Novembre 2017

Zimbabwe: Le dernier tour de passe-passe de Robert Mugabe

Photo: The Herald
Service chiefs and President Robert Mugabe.

Non seulement Robert Mugabe n'a pas démissionné, mais il a promis de présider le congrès du parti au mois de décembre. Analyse d'un discours qui a pris tout le monde de court.

Les agences de presse, les commentateurs les mieux informés du pays et d'ailleurs, tous annonçaient à l'unisson la démission en direct à la télévision du président du Zimbabwe au pouvoir depuis 37 ans. C'est tout l'inverse qui s'est produit.

« La réunion d'aujourd'hui avec le commandement militaire souligne l'importance pour notre nation de revenir à une situation normale pour que chacun puisse profiter d'un environnement de paix et de sécurité, et que la loi et l'ordre continuent comme avant.

L'opération à laquelle j'ai fait allusion ne constituait pas une atteinte à l'ordre constitutionnel auquel nous sommes si attachés, ni une atteinte à mon autorité en tant que chef de l'Etat et de gouvernement. »

Jusqu'à ce moment précis du discours, on peut encore s'imaginer que Robert Mugabe peut annoncer sa démission ou non. Il dédouane l'armée pour son comportement. Mais à la fin, non seulement il ne parle pas de démission, mais lorsqu'il évoque le congrès de la Zanu-PF, il assure qu'il va le présider alors qu'il a été démis de ses fonctions.

Il évoque même « des développements censés avoir été pris au nom du parti ». Pour José Brito, ex-ministre des Affaires étrangères de la République du Cap-Vert qui côtoie Robert Mugabe depuis longtemps, l'homme est en plein déni de réalité...

Mais d'autres observateurs pensent que Robert Mugabe sait bien ce qu'il fait, qu'il a intentionnellement écarté certaines parties de son discours.

En tout cas, on le voit s'emmêler dans ses feuilles à la 7e minute : « Notre plus grande inquiétude... laissez-moi lire cela à nouveau... Je suis désolé. Notre grande inquiétude... », bafouille le vieux chef.

Son chef d'état-major, le général Chiwenga, l'homme qui l'avait mis en résidence surveillée, lui désigne une feuille. Et Robert Mugabe hoche la tête, sans pour autant obéir.

A-t-il fait semblant d'être sénile?

A la minute 10, le général Chiwenga va même jusqu'à lui tendre sans doute la même feuille que le vieux chef d'Etat écarte à nouveau.

Ce geste est noté par les militaires qui échangent des mots inaudibles. A la fin du discours, le général Chiwenga ne tient plus sur sa chaise, il a les yeux partout. Et Robert Mugabe semble s'excuser d'avoir oublié certaines parties du discours

« J'espère qu'on pourra corriger ça. C'était un long discours. »

Pour Peter Godwin, journaliste et auteur zimbabwéen, Robert Mugabe a joué un tour à son entourage. « Vous pouvez le voir dans le langage corporel des gens dans la salle. Les militaires sont confus, ennuyés. Ce n'est pas ce qu'ils attendaient, ça c'est clair. Ils pensaient qu'il allait démissionner, il avait promis de le faire et il ne l'a pas fait.

Peut-être qu'il l'a promis, parce qu'il voulait juste pouvoir avoir accès à la télévision nationale, parler directement à la population, comme si rien ne s'était passé. Mais s'il pense que ce tour de passe-passe va marcher, c'est qu'il a vraiment perdu tout contact avec la réalité.

Ce qui en plus n'est pas impossible. C'est vrai qu'on ne reste pas au pouvoir pendant plus de 37 ans, si vous n'êtes pas magouilleur ou machiavélique. Il est comme ça, c'est pour ça que c'est possible que tout ça ne soit qu'un tour qu'il ait joué, aller jusqu'à faire semblant qu'il est sénile. »

Robert Mugabe a-t-il joué un tour aux généraux et aux autres acteurs de la crise zimbabwéen pour tenter de rester ? Le réponse dans les 48h. Avec d'éventuelles réactions, ou même cette procédure de destitution qui est envisagée par le Parlement.

En savoir plus

Départ de Mugabé - Une bataille de gagnée mais pas la guerre

Après le coup de force de l'armée qu'il a forgée de ses mains, après le désaveu… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.