20 Novembre 2017

Cote d'Ivoire: Conflit intercommunautaire à Guiglo /Anne Désirée Ouloto - "La rumeur est notre premier ennemi à l'ouest"

Elle est connue pour son francparler. Elle était attendue pour cette première édition de la Grande Tribune du Patriote. Elle n'a pas déçu. Sans tabou ni fard, Anne Désirée Ouloto s'est prononcée, hier, sur les derniers évènements malheureux qui ont secoué la région du Cavally, plus précisément Guiglo.

Au cours des échanges avec la presse nationale, lors de cette tribune, dans les locaux du Patriote, la ministre de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement durable a tenu à rassurer les Ivoiriens sur l'évolution du conflit à Guiglo. Pour la ministre Anne Ouloto, le pire est passé à Guiglo. « Il règne une vraie accalmie en ce moment à Guiglo.

Les populations réapprennent à vivre ensemble. Tous les déplacés sont entrés chez eux. Les différentes communautés ont pris l'engagement d'œuvrer à la paix », a pré- cisé la députée de Toulépleu. Pour la ministre Anne Désirée Ouloto, le retour au calme et à l'apaisement est le résultat de l'implication de tous les cadres et élus, toutes tendances politiques et religieuses confondues.

« C'est la première fois, de mémoire des populations de la région, que tous les cadres et élus ont été aussi soudés dans le règlement d'une crise. Je profite de l'occasion pour saluer nos frères du FPI, tendance Affi comme tendance Sangaré, d'avoir répondu favorablement à notre appel », s'est-elle réjouie. Toutefois, l'invitée de la rédaction du Patriote n'a pas manqué de souligner le caractère nocif de certaines informations diffusées sur les réseaux sociaux sur la base des rumeurs.

Des informations erronées dont la dangerosité est une réelle menace pour un retour durable à la paix et à la quié- tude. « Certaines personnes diffusent des informations sur la base de rumeurs dans le but de mettre à mal la cohésion et de saper les efforts de réconciliation que nous entreprenons sur le terrain. Dans les tristes événements de Béoua, sur les réseaux sociaux certaines personnes ont écrit que l'une des victimes a vu son bras coupé dans l'agression.

Pourtant, il n'en est rien. Le jeune homme en question, suite aux premières minutes de l'agression, a été évacué d'urgence à la PISAM aux frais du Gouvernement où il a reçu les soins adéquats. Aujourd'hui, il est hors de danger. Il y a eu aussi l'épisode du jeune Lobi tué par accident par ses propres frères et certains individus ont voulu faire porter le chapeau aux Wê », a-t-elle fustigé.

S'agissant de l'extension du conflit dans la région de Bangolo, plus précisément à Zou, rapportée par certaines rumeurs, Anne Désirée Ouloto a fait savoir que, dans cette affaire, l'auteur de ces folles rumeurs a été démasqué à temps. « Il s'est même suicidé parce qu'il a été mis au fauteuil blanc par les populations du village.

Pris de honte, il s'est jeté dans un puits », a rapporté la ministre. Aussi, pour lutter contre ces rumeurs sur les réseaux sociaux, la ministre Anne Désirée Ouloto a-t-elle demandé l'aide des journalistes. « Vous, les journalistes, aidez-nous à réconcilier nos parents et à ramener la paix à l'Ouest », plaide-t-elle.

Quant à la décision du gouvernement de déguerpir tous ceux qui occupent de façon illégale les forêts classées, la députée de Toulépleu estime que cette mesure s'impose dans la mesure où elle permettra de faire baisser la tension et de rétablir une certaine justice entre les différentes communautés. « C'est parce que des membres de certaines communautés ont envahi les forêts classées que les Wê réclament des terres.

C'est pourquoi pour mettre fin à cette situation et pour des raisons environnementale et écologique, le gouvernement a pris cette décision d'expulser tous les occupants illégaux quitte à trouver des solutions pour les conséquences sociales qui pourraient en découler », a-t-elle souligné.

Sur le même chapitre, la ministre Anne Désirée Ouloto a révélé qu'une réunion des cadres et élus se tiendra ce lundi, dans le cadre du comité de gestion de la crise qui a été mis en place pour mettre à exécution les recommandations et les doléances exprimées par les différentes communautés pour asseoir une paix durable dans la région. Autre sujet abordé au cours de cette tribune, la collecte et la gestion des ordures.

Sur ce chapitre, la ministre de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement durable s'est voulue rassurante. « Avec la création de l'ANAGED (Agence de gestion des déchets de Côte d'Ivoire), les choses iront de mieux en mieux. La collecte et le ramassage des déchets et ordures ménagères se feront plus efficacement », a-t-elle assuré.

En ce sens que, selon elle, l'ANAGED a essentiellement pour mission la délégation de service public de propreté à des entreprises privées plus outillées à la collecte, le transport, la valorisation, l'élimination des déchets dans le district d'Abidjan et à l'intérieur du pays. Pour plus d'efficacité, la ministre de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement durable a rappelé que l'ANAGED va intégrer dans sa straté- gie les collectivités locales.

« Désormais, pour la collecte et le traitement des déchets, la ville d'Abidjan est divisée en trois grandes zones. La zone 1, qui couvre Cocody et Abidjan Sud, sera gérée par une société écologique tuniso-ivoirienne, les zones 2 et 3, qui couvrent Abobo et Yopougon, seront l'affaire la société Eco-Eburnie », a indiqué l'invitée de la rédaction du Patriote.

La ministre Anne Ouloto a rappelé que les activités de la nouvelle agence démarreront en mars 2018. Quant aux deux entreprises de collecte et de traitement, elles débuteront leurs travaux en avril 2018.

Concernant la question des sites à problème tels que le boulevard Nangui Abrogoua, la place Liberté d'Adjamé et la rue Princesse de Yopougon, la ministre de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement durable a précisé que ses services entreprendront des opérations chaque fois que ce sera nécessaire et que des solutions, en concertation avec les mairies et les commerçants, seront trouvées pour continuer de rendre salubres ces endroits.

Interrogée sur sa récente nomination au troisième congrès du RDR, en tant que secrétaire générale déléguée, Anne désirée Ouloto s'est dite très heureuse de la confiance portée par son mentor, le président Alassane Ouattara, président d'honneur de son parti, le RDR, sur sa modeste personne. « Je ferai ce que j'ai toujours fait depuis 1994 que je milite dans ce parti.

J'aime le RDR, c'est mon parti. Il me le rend bien », a-t-elle indiqué. Elle a profité de l'occasion pour remercier le président Ouattara d'avoir fait confiance aux femmes en les nommant à des postes clé (présidence, secrétariat général).

Tout en précisant que la nouvelle équipe est déjà à la tâche pour relever les nouveaux défis et répondre aux attentes des militants. Répondant à la question sur la liste complète de l'équipe dirigeante, la première secrétaire générale du RDR rappelle que le président Alassane Ouattara avait donné la date de fin novembre 2017 pour la publication de cette liste. « Nous sommes encore dans le délai », a-t-elle tranché.

Cote d'Ivoire

Le pays a commencé le dégraissage de son armée

Près d'un millier de militaires ivoiriens ont profité d'un plan de départ volontaire de… Plus »

Copyright © 2017 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.