20 Novembre 2017

Sénégal: Tennis 3ème édition Open féminin de Dakar - La grecque Grammatikpoulos domine le circuit

Photo: sudonline
La tenniswoman grecque Grammatikpoulos lors du Tennis Open féminin de Dakar

La 3e édition de l'Open fémmin de Dakar s'est achevée hier, dimanche 19 novembre, à l'olympique club de Dakar avec la victoire dee Grammatikppoulos.

La tenniswoman grecque, tête de serie numéro 2 du tournoi s'est imposée en finale devant la Sud Africaine Simmons Chanel qu'elle a battue en deux sets ( 6/0 et 7/6). C'était au bout d'une compétition très disputée ayant réuni 42 joueuses issues d'une vingtaine de nationalités,

La Grecque Valentini Grammatikopoulos, s'est emparée face à la Sud africaine Simmons Chanel, de la troisiéme édition de l'open féminin de dakar qui a pris fin hier, dimanche à l'olympique club de Dakar..

Après avoir sortie respectivement l'Espagnole Garcia Perez Georgina, tête de série n°3 et la Norvégienne Stoke Mélanie en demi- finale, les deux finalistes ont offert aux férus de la balle orange à un dernier duel disputée. Même si c'est finalement la tête de série n°2 du tournoi et dans le top 200 mondial qui allait résumer la rencontre en deux sets ( 6/0 et 7/6).

La sud africaine a ainsi été seule représentante de l'Afrique à ce stade de la compétition après l'élimination de sa compatriote et de deux autres joueuses du Nigeria. « Les matchs ont été intensité folle. Tout le monde a vu le niveau de jeu qui a augmenté. Ça frappait de tous les côtés. Ce sont des joueuses qui sont à la porte des toutes meilleures du monde. Ça leur fait du bien de jouer ici et de gagner des points. J'espère que le public s'est régalé », apprécie Daouda Senga Ndiaye, promoteur de l'open féminin de Dakar.

De 26 participantes, cette édition avait lors de cette édition enregistré 42 joueuses. Mais s'il se dit satisfait du bilan sportif de son tournoi, l'organisateur, n'en attend pas moins, une meilleure implication des autorités lors des prochaines éditions. « Le président est de bonne volonté mais il doit faire plus.

De la part des autorités, du ministère des Sports, on n'a aucun soutien. On a pu terminer le tournoi mais il faut s'asseoir avec tous les protagonistes, l'Etat et essayer de discuter en mettant cartes sur table. Après, on va décider si on repart ou pas. On a réuni très difficilement à réunir la somme nécessaire à l'organisation de ce tournoi », a-t-il confié « Aujourd'hui, c'est le Sénégal qui a gagné, ce n'est pas Daouda Ndiaye. On a donné de notre contribution. Le président de la fédération a également donné sa contribution mais ce n'est toujours pas ça », a-t-il relevé.

Matar Ba ministre des sports : «L'Open de Dakar vend en même temps la destination Sénégal»

« Nous devrions être là pour accompagner cette grande organisation. Nous avons assisté à une belle finale et très relevéE. Cela montre que le tennis a besoin de beaucoup de sérieux et beaucoup de travail. Au-delà du caractére sportif, vous avez vu le nombre d'étrangers que l'on a compté. Cela montre que l'Open de Dakar vend en même temps la destination Sénégal. Il n'y a pas d'infrastructures et cela montre le loud héritage que l'Etat du Sénégal a. Le chef de l'Etat nous a engagé à régler le déficit en matiére d'infrastructures. Nous avons commencé par les stades mais nous allons aussi travailler avec les autres disciplines pour essayer de combler ce gap qui est assez handicapant. Pour vendre la destination, pour que le sport puisse jouer son rôle, il faut miser sur les infrastructures sportives »

En savoir plus

Tennis-Open féminin de Dakar - 42 joueuses s'alignent dans le circuit dakarois

Dakar sera la place forte du tennis à l'occasion de la premiére édition du tournoi challenger… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.