20 Novembre 2017

Sénégal: Mansour Cama à Macky Sall - « Le secteur privé estime que vous ne dialoguez pas suffisamment avec lui »

Le secteur privé sénégalais dénonce l'appauvrissement du dialogue entre lui et l'Etat. Son porte-parole au 13ème Conseil présidentiel de l'investissement (CPI), M. Mansour Cama, l'a fait savoir au président de la République, Macky Sall, venu présider les travaux de cette rencontre annuelle, ce lundi 20 novembre à Dakar.

« Notre dialogue s'est beaucoup appauvri sans pour qu'on sache pourquoi. M. le président de la République, le secteur privé estime que vous ne dialoguez pas suffisamment avec nous », a-t-il dit devant une assistance composée d'autorités publiques, d'hommes d'affaires sénégalais, de partenaires techniques et financiers, entre autres.

De l'avis de M. Cama, « si les partenaires politiques ont du mal à se parler, votre secteur privé ne demande qu'à dialoguer car le dialogue avec le secteur privé est aussi intéressant et utile que le dialogue politique ».

Notant une amélioration de la croissance de l'économie sénégalaise, le secteur privé invite en même temps le président de la République à un changement fondamental de paradigme dans le processus de création et de répartition de la richesse nationale.

« De notre point de vu, l'inclusion sociale devrait partir d'une meilleure implication du secteur privé national tout au long du processus de construction de cette croissance ».

Contrairement à ce que l'on veut faire croire, précise M. Cama, le secteur privé national n'a jamais été partisans de marchés fermés aux étrangers.

Mais, a-t-il poursuivi, « il ne sera jamais aussi la victime consentante de son éviction de son propre marché intérieur au moment où dans la plupart des pays on revient à la préférence nationale et au protectionnisme ».

Il s'agit, pour le secteur privé, d'alerter et d'attirer l'attention de l'Etat sur les risques qui naissent de sa marginalisation.

Dans cette même veine, Ahmet Amar, chef d'entreprise sénégalais, a dénoncé la concurrence déloyale constatée sur le marché de la pâte.

A son avis, l'importation turque de pâte tourne autour de 30 milles tonnes alors le marché national fait 50 mille tonnes. Ce qui, à son avis, menace beaucoup d'emplois créés par des investisseurs sénégalais présents depuis des années sur le marché.

Sur la même lancée, M. Amar s'est offusqué de la fréquentation dans le port de Dakar qui, à son avis, pose problème aux industriels avec un taux d'écrasement des produits très élevé.

Le secteur privé résume les difficultés qu'il traverse par une absence de mise en œuvre des instructions et engagements que le président de la république a pris dans le cadre de rencontres précédentes.

Sénégal

Le pays est proche de l'élimination du paludisme, selon un expert

Le Sénégal est à l'avant-garde pour l'élimination du paludisme fixée pour 35 pays… Plus »

Copyright © 2017 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.