20 Novembre 2017

Tunisie: Les revirements d'un imam libre et éclairé

Des indics et des flics

Il ne sait pas, et ce n'est pas faute d'introspection. Pourtant, sa foi ne vacille pas alors qu'il patauge. Mais c'est peut-être parce que c'est le 17 décembre 2010, date à laquelle il décrit son mal-être dans son journal alors que les rumeurs grossissent à propos d'un jeune homme du nom de Mohamed Bouazizi qui se serait immolé par le feu par dépit et par désespoir. Car la Tunisie gronde et crie à la dignité et à la liberté en cette fin d'année terrible qui inaugure les désormais controversés Printemps arabes.

L'imam, confus, évoque, quelques jours plus tard dans son journal, tous ces indics et tous ces flics qui pullulent à chaque prêche dans la mosquée, comme dans toutes les autres mosquées du pays, et qui sont à l'affût du plus petit écart, de la moindre incartade contre le pouvoir en place qui dure depuis vingt-trois années.

«Je vois s'achever 2010 avec la certitude que 2011 sera celle des grands bouleversements», note-t-il le 31 décembre.

Le «Benchmark» de la civilisation universelle

Les semaines passent et ce qu'il décrit dans son journal vire du simple constat au malaise le plus profond. Contre toute attente, il assiste à la montée de l'islamisme mais sa religion est faite, si l'on ose dire, et, le 27 octobre, il le dit sans ambages : «Etant un homme libre et un imam qui s'est toujours fait une certaine idée de ses fonctions, de ses devoirs, de l'éthique en général, je ne pourrai jamais composer avec les islamistes».

Il ne peut pas, c'est clair, et nous le comprenons dès le début du roman. Alors que voici le journal d'un imam, il n'est pas balisé de dates de l'Hégire mais de celles du calendrier «civil». Voire, on saisit vite entre les lignes que son «Benchmark» n'est pas du tout l'exclusivité de l'arabo-musulman mais bien la civilisation universelle... et on commence à comprendre comment tout cela va finir.

Après une longue pause délibérée, il renoue avec l'écriture en janvier 2016, plus de quatre années après la dernière entrée. Le pays qu'il décrit alors est plongé dans un climat morose et délétère. Les islamistes sont au pouvoir. Il s'est passé tellement de choses mais un fait intime, dans son propre couple, le touchera au plus profond de lui-même. Son épouse l'étonne en lui confiant qu'elle a décidé d'abandonner l'idée du pèlerinage qu'elle a longtemps caressée parce qu'elle avait commencé à se poser des questions quand le premier meurtre politique fut perpétré par une faction islamiste.

Sans date, et un peu sans surprise, la dernière entrée du journal est bizarre : l'imam a perdu la foi, il a baissé les bras devant tant de haine, d'ignorance et d'extrémisme. Trois chapitres aux titres clairs et nets pour tous ceux qui ont vécu, ou suivi, l'évolution de la révolution : le feu de l'espoir, le chemin de la liberté, le champ du possible. Avec un seul résultat sûr: la désillusion... pour le moment, j'espère !

Tunisie

Sept ans après, les plaies encore ouvertes !

Souvenons-nous encore d'un certain 17 décembre-14 janvier 2011? La révolution qui ébranla toute la… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.