20 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Centre "Ndako Ya Biso " - Les enfants dits de la rue lancent un cri d'alarme aux autorités et à leurs familles !

En marge de la journée internationale des droits de l'enfant, le Centre Ndako Ya Bison de la Communauté Chemin Neuf (CCN) a organisé hier, lundi 20 novembre 2017, une marche de sensibilisation aux autorités congolaises et aux familles des enfants dits de la rue. Objectif ?

Leur rappeler le respect des droits de l'enfant. Car, rien n'est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous les enfants ont la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité.

C'est dire que la journée mondiale de la défense et de promotion des droits de l'enfant, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989 dans une convention internationale des droits de l'enfant, doit être une journée interpellatrice à chaque famille et les autorités des pays ayant ratifié cette convention.

Au Centre Ndako Ya Biso, sous la conduite de M. Mushiete Arnold, Chargé des relations extérieures au Centre Ndako Ya Biso, cette journée a permis aux éducateurs de sensibiliser la population de la commune de Ngaba sur autorisation du Bourgmestre. Surtout que la responsabilité d'élever l'enfant incombe au premier chef conjointement aux deux parents, et l'Etat doit les aider à exercer cette responsabilité. Il leur accorde une aide appropriée pour élever l'enfant.

Une occasion également pour cette Organisation non gouvernementale d'insister sur ce que dit la convention internationale des droits de l'enfant, ratifiée par la RDC le 22 août 1990.

Au fond, cette convention affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger, mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Aussi, qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer.

Et d'ajouter que les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. A ce stade, nul n'ignore que promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder.

C'est à ce prix que les enfants dits de la rue, hébergés au Centre Ndako Ya Biso de la Communauté Chemin Neuf (CCN) ont transmis leurs messages aux autorités congolaises et à leurs familles respectives afin que leurs droits soient véritablement respectés.

"Nous remercions le Centre Ndako Ya Biso de la Communauté Chemin Neuf (CCN) pour avoir organisé la marche de sensibilisation afin de lancer, pour la première fois, notre cri d'alarme à nos autorités et nos familles au respect des droits des enfants que nous sommes.

Car, nous avons le droit d'être scolarisés, de bénéficier des soins de santé adéquats et de vivre la chaleur familiale avec nos frères et sœurs", a laissé entendre Ebanga Séraphine, une enfant hébergée par le Centre Ndako ya Biso.

Voilà pourquoi, le Centre Ndako Ya Biso de la Communauté Chemin Neuf (CCN) vise, dans ses activités sans but lucratif, au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté congolaise à travers la sensibilisation au respect des droits et libertés fondamentales.

Cela, il le fait via la réunification familiale et l'autonomisation de ces jeunes dits de la rue. Un travail de titan qui mérite un appui sans relâche de la part des autorités congolaises et leurs partenaires. Car, réussir à cette mission noble et salvatrice en République démocratique du Congo n'est pas facile comme d'aucuns peuvent les penser.

Pour rappel, cette ONG proche des enfants délaissés a déjà ouvert son propre centre de formation professionnelle, le CFP Saint Joseph où sont placés plus de la moitié des jeunes suivis par "Ndako Ya Biso". En effet, la CCN utilise la formation professionnelle comme l'outil le plus important pour stabiliser et autonomiser les jeunes dits de la rue réunifiés dans leurs familles.

Une méthodologie articulée autour de 3 grandes actions est utilisée pour ce faire. Premièrement, l'élaboration d'un projet de vie par l'éducateur social avec le jeune avant sa réunification et son inscription dans un centre de formation ou un atelier proche de son quartier.

Ce faisant, une convention est signée par le responsable du centre de formation, le parent responsable, Ndako Ya Biso et le jeune.

Deuxièmement, le suivi régulier du jeune par l'éducateur social référent dans son lieu de formation. Troisièmement, l'appui à la recherche d'un stage et d'une installation professionnelle pour les jeunes qui ont achevé leur formation professionnelle.

Zoom sur de " Ndako Ya Biso "

Ndako Ya Biso est un centre d'accueil et de réinsertion des enfants de la rue développé par la Communauté Chemin Neuf. Ouvert depuis 2004, le centre NYB a pu réunifier 2000 enfants de leurs familles.

D'ailleurs, le 2000ème enfant a été réunifié le 9 octobre 2017, en présence du Bourgmestre de la Commune de Makala et d'autres officiels, à la grande satisfaction de la famille de cet enfant.

Buts poursuivis

Il convient de souligner que Ndako Ya Biso, à travers le travail réalisé, a pour objectif de concrétiser, entre autres, la réintégration des enfants dans leurs familles biologiques ou d'accueil ; la stabilisation et consolidation des familles ; la scolarisation ; offrir des Microcrédits aux mamans et, enfin, la sensibilisation du milieu à l'injustice subie par les enfants en vue d'un changement de mentalité.

Congo-Kinshasa

L'UE prolonge ses sanctions contre des hauts responsables de la RDC

L'Union européenne a prolongé pour un an les sanctions qu'elle avait décrétées en… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.