21 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Les victimes du Congolais Bemba veulent des réparations individuelles

Les victimes de Jean-Pierre Bemba, condamné en 2016 à 18 ans de prison, demandent réparation. Alors que la CPI doit rendre dans les mois qui viennent une ordonnance en ce sens, la FIDH publie un long rapport sur ce que veulent ces 5 200 Centrafricains, victimes des exactions commises par les hommes de Jean Pierre Bemba en 2002 et 2003, lorsque le Congolais était venu prêter main-forte à Ange-Felix Patassé aux prises avec la rébellion de François Bozizé.

Reste maintenant à connaître les modalités d'indemnisation des victimes. Des réparations qui seront financées par une partie des biens de Jean-Pierre Bemba saisis, et par un fonds de la cour au profit des victimes. Les victimes espèrent des réparations individuelles.

Jean-Pierre Bemba a des biens qui ont été ou qui vont être saisis par la Cour pénale internationale.

Congo-Kinshasa

Plus de 20 mille réfugiés de la RD Congo à Lunda norte

21.116 citoyens de la République Démocratique du Congo (RDC) sont abrités dans la province… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.