21 Novembre 2017

Sénégal: 13ème conseil présidentiel de l'investissement - Le secteur privé réclame un dialogue permanent avec le chef de l'État

Bon nombre de difficultés pourraient être évitées si de pareilles rencontres se tiennent régulièrement entre le privé national et l'Etat du Sénégal. C'est le message du secteur privé porté à l'attention du chef de l'Etat, lors du 13ème Conseil présidentiel de l'investissement, tenu hier lundi, à Dakar.

Le président de la République Macky Sall a présidé hier, lundi, à Dakar le 13ème Conseil présidentiel de l'investissement. Occasion saisie par le secteur privé national par le biais de Mansour Kama, président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes)et porte-parole pour interpeler le chef de l'Etat Macky Sall sur des questions relatives à l'absence de dialogue entre le privé et l'Etat d'une part et d'autre part la concurrence déloyale du privé étranger. «C'est mon devoir de le dire, notre dialogue s'est beaucoup appauvri sans que nous ne sachions pourquoi. Monsieur le président, le secteur privé estime que vous ne dialoguez pas suffisamment avec lui», s'est ainsi adressé au chef de l'Etat. Et d'insister: «Votre secteur privé ne demande qu'à dialoguer et rien d'autre. Le dialogue avec le secteur privé est aussi intéressant et utile que le dialogue politique», a-t-il dit.

Selon Mansour Kama, «le secteur privé veut entretenir le dialogue avec le président de la République, en vue d'une meilleure implication des entreprises sénégalaises dans les marchés publics et les grands projets de l'Etat.»

Devant un parterre de partenaires techniques et financiers, de membres du gouvernement, de la société civile... , il admet la responsabilité du secteur privé national en ces mots: «Nous sommes parfaitement conscients de l'importance du rôle qui est le nôtre et du devoir qui nous incombe. Nous ne résignons pas à prendre notre part de responsabilité et d'audace dans la réalisation du Plan Sénégal émergent (Pse). Et nous l'assumons». A l'entendre, il est du devoir du secteur privé national de «bâtir des passerelles et renforcer les alliances avec le secteur public. Ce qui implique un dialogue entre ces deux entités».

Le privé veut un changement de paradigme

« Certes, l'économie sénégalaise s'améliore. Ce qui est une bonne chose. Mais nous invitons à un changement fondamental de paradigmes dans le processus de création et de répartition de la richesse nationale. De notre point vue, l'inclusion sociale devrait partir d'une meilleure implication du secteur privé national dans le processus de construction de cette croissance», a-t-il soutenu.

Toutefois, tient-il à préciser: «Le secteur privé national n'a jamais été partisan d'un marché totalement fermé aux étrangers, mais il ne désire non plus être la victime consentante d'une éviction de son propre marché intérieur», a-t-il dit.

Enfin, le président du Cnes dira que «le secteur privé est conscient que le monde en est aux alliances intelligentes, suivant le principe du gagnant-gagnant. Il s'agit simplement pour nous d'alerter et d'attirer l'attention de notre Etat sur les risques qui naissent de la marginalisation de l'entreprise nationale», a développé.

Sénégal

Les participants pour une meilleure inclusion financière

Lors du Forum des investisseurs de la microfinance, autour du thème, « la finance inclusive : quelle… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.