21 Novembre 2017

Cameroun: Interpellations de trois membres d'une famille pour trafic d'ivoire

Les trois hommes ont été arrêtés au cours d'une opération coup de poing menée dans la ville de Sangmelima par la Délégation Départementale des forêts et de la faune du Dja et Lobo en collaboration avec la brigade territoriale de la Gendarmerie et l'appui technique de LAGA, une ONG qui lutte contre la criminalité faunique.

Le suspect principal est arrivé d'Oveng la veille de leur arrestation avec deux pointes d'ivoire et un sac d'écailles de pangolin géant. Les deux autres l'ont rejoint après et l'équipe s'est mise en route pour vendre leurs produits.

Ils sont arrivés avec leurs produits dans une voiture pour conclure la transaction dans la matinée du 15 novembre, mais les agents de la faune ont aussitôt interpellé leur voiture.

Selon une source anonyme mais digne de foi, le suspect principal a été suivi pendant plus de deux semaines et a échappé de justesse aux agents de la faune une semaine avant d'être finalement appréhendé.

Selon la même source, il a acheté l'ivoire au Gabon et était sur le point de faire d'énormes profits lors de son arrestation.

Il s'est également spécialisé dans le commerce d'écailles de pangolins géants qu'il a vendues à Yaoundé, précisément aux quartiers Nkolndongo et Mvogbi. Sa femme quant à elle a joué un rôle majeur dans la mise en place de la transaction et a accompagné son mari pour s'assurer que tout se passe comme prévu.

D'après l'enquête préliminaire, il a acheté ces deux pointes d'ivoire à un trafiquant camerounais pendant son séjour au Gabon. Il a ensuite voyagé pour Oveng avec les pointes et a continué jusqu'à Sangmelima.

Il fait également du commerce de cacao et les enquêtes démontrent qu'il dissimulerait souvent des produits de la faune dans ses sacs de cacao et les transportent d'Oveng à Sangmelima, puis à Yaoundé où il finalise la plupart de ses transactions.

En déplaçant ces trophées d'Oveng la veille de son arrestation, il s'est assuré d'éviter tous les postes de contrôle afin que ces produits arrivent sans souci à Sangmelima. Il a collecté les écailles de pangolin dans les villages voisins d'Oveng.

L'autre suspect quant à lui a acheté deux pointes d'ivoire à Tenir , un village de la région du Sud connu pour ses activités illicites d'ivoire entre les pygmées baka et les trafiquants d'ivoire. Il a rejoint son oncle pour ladite transaction d'ivoire le jour où les trois ont été arrêtés.

Ces trafiquants engageraient des pygmées Baka de ce village afin de parcourir les forêts jusqu'au Gabon à la recherche d'éléphants comme proie. Par la suite ils vendent les pointes d'ivoire de ces éléphants aux trafiquants.

La dame a été libérée sous caution et les deux autres ont été placés en détention provisoire alors que tous trois sont prévenus d'avoir tué des animaux sauvages, d'avoir détenu et faire circuler illégalement des parties de ces espèces sauvages, infractions punies par la loi de 1994 sur la faune sauvage.

La possession par une personne d'une parties d'une espèce sauvage intégralement protégée fait peser à cette personne la responsabilité de l'abattage de cette l'animal. La peine peut aller jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et / ou une amende pouvant aller jusqu'à 10 millions de francs CFA.

Cameroun

« La caravane va continuer »

Etoundi Zeyang, Directeur du Théâtre du Chocolat. Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.