21 Novembre 2017

Sénégal: Dialogue politique au Sénégal - Appel à la « responsabilité » politique et historique aux tenants du pouvoir et à l'opposition

Le dialogue politique occupe actuellement une place importante dans le débat public au Sénégal. Ce qui devait être une normalité dans une démocratie mature comme la nôtre devient objet de polémique. On aime réinventer la poudre ; cela nous passionne !

Le dialogue n'est pas une invention moderne. À travers l'histoire et dans la plupart des sociétés, le fait de rassembler des personnes pour les aider à surmonter leurs différences et à résoudre leurs problèmes a toujours été une mission prestigieuse, généralement confiée à des individus expérimentés, à des anciens ou à des personnes respectées pour la qualité de leur jugement et leur sagesse.

Nous avons hérité, au Sénégal, d'un pays où le dialogue et la compétition politique ont réglé toutes les crises majeures et nous restons une exception en Afrique par l'absence de guerre civile et de conflits ethniques ou civils majeurs qui auraient rendu le pays ingouvernable. Nous avons donc l'obligation de sauvegarder cet acquis.

Aujourd'hui, au vu de l'évaluation des dernières élections législatives, des couacs qui ont été notés et de la gestion peu heureuse du processus électoral qui a laissé des centaines d'électeurs et de primo votants en dehors de notre système démocratique, allez répondre au dialogue avec le ministre de l'Intérieur reste une obligation et s'y soustraire serait irresponsable. L'opposition étant tenue d'y répondre avec responsabilité, car elle reste aussi le jardin de nos espoirs.

Cette opposition, par ces échanges que nous souhaitons plus fréquents, devrait faire l'effort de se rapprocher de la notion de responsabilité pour apprécier les enjeux en termes de responsabilité politique et gouvernementale plutôt de ce qu'elle nous a habitués par des postures pavloviennes anti-majorité.

Cette même responsabilité devrait pousser le ministre de l'Intérieur, chargé de mener le dialogue, de considérer toutes les conditions posées par les deux pôles significatifs de l'opposition, traiter ses points avec diligence et impartialité, pour, enfin, réussir à amener autour de la table toutes les parties. Le ministre de l'Intérieur a l'obligation d'œuvrer au mieux pour que l'opposition ait toutes les garanties raisonnables pour un dialogue franc, sincère et qui aboutira sur des mesures progressistes qui apaisent et rassurent tous les acteurs du jeu démocratique.

Si nous devenons sérieux et nous revenons à l'orthodoxie de ce que sont les institutions de notre République, l'on se rend vite compte que le dialogue, dans son contenu et son agenda, doit être dirigé par le président de la République.

De notre côté, nous avons toujours invité le président Macky Sall à initier et entretenir le dialogue avec toutes les parties de la Nation, et en premier son opposition la plus significative, sur des sujets d'ordre national qui engagent le Sénégal sur sa cohésion sociale, sa défense, sa sécurité ou sa recherche de consensus politique et électoral.

Nous prônons un dialogue continu, constant, franc et soutenu dans notre pays et à tous les niveaux tant avec les acteurs politiques mais aussi avec les corps intermédiaires du dialogue social dans la recherche d'une solidarité sociale durable et d'un pacte de stabilité sociale durable.

Sénégal

Le pays est proche de l'élimination du paludisme, selon un expert

Le Sénégal est à l'avant-garde pour l'élimination du paludisme fixée pour 35 pays… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.