21 Novembre 2017

Nigeria: Attentat-suicide dans une mosquée - Le summum de la bêtise humaine

Photo: This Day
(Image d'archives) - Une des villes du Nord-Est incendiées par les terroristes de Boko Haram

L'horreur, l'innommable, la bêtise humaine dans toute sa laideur ! C'est en ces termes que l'on peut qualifier ce qui est arrivé, hier, dans le Nord-Est du Nigeria, où partis pour prier Dieu, des dizaines de fidèles musulmans ont perdu la vie.

En effet, un kamikaze ou devions-nous dire, un diable, « s'est mêlé aux fidèles » pour s'introduire dans une mosquée, et « a déclenché ses explosifs » en pleine prière.

C'était à Mubi, du nom de cette ville souffre-douleur, qui, en fin 2014, était presque sous coupe réglée des islamistes insurgés qui en avaient fait un califat, avant d'être plus tard chassés par la Force mixte multinationale.

Ce n'est pas la première fois que Boko Haram, puisque c'est vers lui que sont tournés tous les regards, s'attaque à des symboles religieux tous azimuts. Mais, cet attentat est le plus meurtrier jamais enregistré sur un lieu de culte.

Tenez, le bilan, encore provisoire, fait état d'au moins 50 morts et de nombreux bléssés graves. Oh, bonnes gens, au nom de qui et de quoi agit-on ainsi ? N'est-ce pas assez d'avoir traîné le nom de Dieu dans la boue ; lui qui est, à la fois bonté et miséricorde ?

Franchement, on ne le dira jamais assez. L'attitude de Boko Haram manque de lisibilité, si fait que l'on a parfois envie de se demander s'il ne s'agit pas d'un mouvement crapuleux qui cherche à tout prix à donner une dimension idéologique à son combat. Et c'est peu dire !

Il faut une vaste opération de nettoyage

Il en a donné la preuve à travers le rapt des jeunes filles de Chibok dont beaucoup ont été violées et traumatisées. Et ce n'est pas tout.

Car, en huit ans d'existence, Boko Haram aura tué aveuglement près de 20 000 personnes, toutes confessions religieuses confondues, alors même qu'à l'origine, il disait ne vouloir s'attaquer qu'à la civilisation occidentale considérée selon lui, comme « un péché ».

Là aussi, on n'y voit que du ridicule, quand on sait que Boko Haram n'est pas sorti des sentiers battus dans la mesure où il utilise les moyens de guerre des Occidentaux pour les combattre.

Car, ses armes de guerre ne sont rien d'autres que le fruit de la civilisation qu'il dit haïr de toutes ses forces. Si ce n'est pas une aberration, dites-nous, à quoi cela peut-il ressembler ?

En tout cas, cette nouvelle attaque vient rappeler une fois de plus que le monstre est loin d'être vaincu. Sa voilure a été certes réduite, mais il dispose toujours d'une grande capacité de nuisance.

Cela dit, il faut redoubler de vigilance et d'ardeur dans la lutte contre le terrorisme car, le risque est grand de voir la sous-région ouest-africaine, si ce n'est déjà fait, se transformer en destination prisée des terroristes traqués de toutes parts, en Syrie, en Irak et Afghanistan.

Il faut donc une vaste opération de nettoyage ; laquelle opération militaire doit s'accompagner de mesures hardies de développement afin de lutter contre le chômage des jeunes qui demeurent des proies faciles pour ces malfaiteurs des temps modernes qui ont fait le choix d'écrire l'histoire de l'humanité en lettres de sang. Quelle misandrie !

En savoir plus

Au moins 50 morts dans un attentat-suicide visant une mosquée

Au Nigeria, c'est une mosquée qui a été visée ce mardi matin par une attaque. Dans le… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.