21 Novembre 2017

Congo-Brazzaville: Prise en charge sociale - De nombreux jeunes intéressés par la vente à la criée des crédits de recharge

L'activité fait partie de l'informel et permet à bon nombre de ceux qui s'y adonnent de devenir indépendants financièrement.

La vente à la criée des cartes de recharge, toutes sociétés de téléphonie mobile confondues, a procuré aujourd'hui de l'emploi à plusieurs jeunes, hier désoeuvrés. Stève Pambou, croisé vers le rond-point Kassaï dans le premier arrondissement de Pointe-Noire, Emery-Patrice-Lumumba, la vingtaine révolue, loue l'importance de cette activité : « Il y a près de trois ans que je vends des crédits de recharge. Cela m'a permis d'être indépendant vis-à-vis de mes parents sur le plan financier. J'ai pu, en deux ans, faire des ristournes avec les autres et le petit fonds que je trouve me permet de subvenir aux besoins de ma petite famille, car je suis père de deux enfants », a-t-il indiqué.

Quoique relevant de l'informel, la vente à la criée des cartes de recharge est un petit commerce qui permet aux pratiquants de se prendre en charge. Dans l'exercice de cette activité, il faut noter deux catégories. La première est identifiable par des vareuses numérotées arborant le logo de la société de téléphonie mobile. Visibles dans presque toutes les artères des grandes villes, les vendeurs de cette catégorie interpellent la clientèle à haute voix. La seconde, quant à elle, est celle de ceux qui sont sur place, dans des cabines téléphoniques aux couleurs de la société de téléphonie mobile. Pour cette catégorie, ce sont des clients qui viennent à elle.

Un autre jeune qui a requis l'anonymat estime qu'il n'y a pas de sot métier. Dès lors que la téléphonie mobile a permis des emplois indirects, les jeunes qui arpentent les rues chaque jour, bravant parfois les intempéries, pour vendre des cartes de recharge sont à encourager. La résorbation du chômage dans notre société, a-t-il dit, passe aussi par là. « Cette activité est bien rentable, car il est maintenant difficile que dans nos villes des gens vivent sans téléphone portable. Or, quand on a un téléphone portable, on doit le charger à chaque instant. C'est là qu'intervient le côté rentable, car des gens sont appelés à débourser de l'argent pour charger et recharger leurs téléphones. Avec ce métier, on arrive à résoudre certains problèmes familiaux et même à venir en aide aux parents en participant activement à certaines dépenses domestiques. », a-t-il confié.

Parlant de l'avenir de cette activité, certains jeunes souhaitent qu'elle quitte l'informel pour être formalisée par un statut juridique. Ils ont proposé, par exemple, leur regroupement en coopérative pour maximaliser les recettes.

Congo-Brazzaville

Pour son avocat, Paulin Makaya doit être libéré

Il a purgé sa peine mais il n'est toujours pas libéré. Au Congo-Brazzaville, Paulin Makaya est… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.