22 Novembre 2017

Libye: Esclavage en Libye - Sidiki Kaba convoque un « petit » fonctionnaire de l'ambassade libyenne à Dakar

Photo: Irin
Des migrants à l'extérieur d'un centre de détention

Les tenants du pouvoir ont voulu aller au-delà de la condamnation de l'esclavage qui sévit en Libye. Au vu des réactions des uns et des autres, cela paraissait plus qu'insuffisant.

Et, c'est Me Sidiki KABA qui est entré en action ce mardi en adressant une lettre de convocation à l'ambassade Libyenne. Non pas pour parler à l'ambassadeur ou même au Secrétaire général mais au chargé d'affaires de la dite représentation.

Rendant compte aussitôt de la teneur de la rencontre, le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur s'est fendu d'un communiqué.

Selon le texte parcouru par l'APS, il s'est agi de «lui signifier la profonde indignation » non pas du peuple sénégalais mais du président de la République, Macky SALL, «de la vente de migrants originaires d'Afrique subsaharienne sur le territoire libyen ».

« Il a été remis au Chargé d'Affaires, le communiqué du 17 novembre 2017, par lequel le Gouvernement du Sénégal condamnait vigoureusement le trafic abject de migrants tout en demandant au Gouvernement libyen d'ouvrir dans les meilleurs délais une enquête », note le communiqué du département de la Justice.

Encore du saupoudrage du régime de Macky SALL qui n'a pas semblé être assez imprégné de la gravité de cette affaire qui concerne aussi des Sénégalais à sa première réaction.

En savoir plus

Esclavage en Libye - Le reflet de l'impuissance du gouvernement de Tripoli

L'émotion soulevée par la vente de migrants africains en Libye a tourné tous les regards vers les… Plus »

Copyright © 2017 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.