22 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: La CASE exige de la Céni la vérité dans les statistiques d'enrôlement des électeurs

N'étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l'opération d'enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité.

Dans un communiqué de presse publié le week-end dernier, la Commission africaine pour la supervision des élections (CASE) observe non sans déception que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) s'adonne imprudemment à la communication des statistiques de l'opération d'identification et enrôlement des électeurs.

En effet, indique-t-on dans ce communiqué, l'évolution numérique de cette déterminante opération constituera très prochainement un atout majeur pour l'organisation effective des scrutins électoraux en République démocratique du Congo.

Pour la CASE, « il est de notoriété publique que le chiffre de 44.358.305 électeurs déjà inscrits selon qu'il a été communiqué aux membres du gouvernement réunis en conseil des ministres et lors de la publication du calendrier électoral, reste provisoire tant il est connu de tous que d'innombrables irrégularités ont émaillées ladite opération. Il en est de même de la non accessibilité des agents enrôleurs dans certains coins du pays sans oublier la situation déplorable des déplacés de guerre dans certains coins du pays où l'opération n'a pu se dérouler comme prévu ».

Au demeurant, la CASE « doute que les chiffres donnés par la Céni ne soient pas que des simples estimations visant à encourager la communauté tant nationale qu'internationale qui attend impatiemment l'organisation des élections, étant donné que cette opération n'a pas du tout respecté la loi portant identification et enrôlement des électeurs en RDC ».

Toutefois, la CASE note que plusieurs catégories de personnes non éligibles à cette opération se sont librement fait enrôler sans susciter la moindre inquiétude pour les dirigeants de la Céni, malgré les annonces faites quant aux dispositions prises pour garantir de meilleures conditions techniques à cette opération.

Les parties prenantes conviées à encourager la CENI

Aussi, cet établissement rappelle des cas très regrettables tels que l'enrôlement des mineurs, des militaires et policiers ou encore des étrangers massivement inscrits au mépris de la procédure en vigueur. « Rien qu'à ce propos, les observateurs de la CASE ont enregistré d'effrayants témoignages faisant état des hommes en uniforme qui déclaraient publiquement avoir fréquenté les centres d'enrôlement à maintes reprises pour se procurer plusieurs cartes d'électeurs. Cet état de choses compromet irrévocablement la qualité du fichier électoral », a-t-elle déploré.

De ce qui précède, la CASE appelle la Centrale électorale à employer le conditionnel dans ses communications et à ne communiquer officiellement que les statistiques y afférentes à l'issue du dédoublonnage et de l'audit du fichier électoral tel que consigné dans le calendrier électoral.

Par ailleurs, la CASE salue les efforts de toutes les structures et organisations de la société civile qui œuvrent dans la surveillance et l'observation du processus électoral.

La CASE invite toutes les parties prenantes au processus électoral à encourager la Céni à faciliter l'audit du fichier électoral afin de doter la République démocratique du Congo d'une liste des électeurs fiable et crédible.

Congo-Kinshasa

Prison à vie pour 11 miliciens accusés de viols de masse sur des fillettes

La cour militaire de Kavumu, dans l'est de la RDC a rendu son verdict, mercredi 13 décembre : le… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.