22 Novembre 2017

Togo: Le Grand Kloto imprègné !

Démarré le 20 Novembre dernier, l'atelier de Kpalimé sur "l'Appropriation et la mise en oeuvre du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) ; Plaidoyer pour l'adoption et la vulgarisation de l'avant-projet de loi relatif au régime des armes au Togo" a baissé ses rideaux ce mercredi à la grande satisfaction des participants (Magistrats, corps habillés -militaires, gendarmes et agents de police), agents de douanes de la préfecture de Kloto, et des délégués des organisations de la société civile et des journalistes venus de Lomé), dont la plupart ont confié avoir vu leurs capacités être renforcées durant ces trois jours de travaux.

En tout cas, il ne peut en être autrement vu l'engouement qui a été encore au rendez-vous au deuxième jour et qui s'est poursuivi au troisième tant de la part des séminaristes que des communicateurs. "Coopération internationale et assistance internationale", "Relation entre le TCA et les autres instruments universels et régionaux", "Echange d'information, Conservation des données" et "Violence fondée sur le sexe", ce sont des thématiques qui ont suscité la curiosité des uns et des autres.

Pour ces deux premiers thèmes surtout, présentés par Dr Aimé Adi, tout est parti respectivement d'une citation du ministre français, Yves Le Drian, et de l'ancien Secrétaire général de l'ONU, le Ghanéen Kofi Anan.

Il s'agit pour M. Le Drian, d'amener le monde à désormais surpasser cette question de secret défense qui a prévalu par le passé dans le domaine sécuritaire pour aller au partage de l'information, bref, à coopérer avec les autres Etats, pour s'assurer sa propre sécurité mais aussi celle des autres. Il a fondé son appropriation de cette citation du ministre sur le fait que le TCA, ce outil au service de la paix mondiale fait obligation aux Etats Parties de coopérer en fournissant des informations lorsqu'il s'agit d'importer ou d'exporter des armes. Aussi, a-t-il indiqué que "ce n'est pas l'arme en tant que arme qui aide à la sécurité, mais c'est plutôt l'information qui aide plus à la sécurité".

Faisant constater aussi par la même occasion, outre les pays occidentaux, tels la Russie, la France, les Etats Unis et aussi la Chine qui vendent plus d'armes aux pays africains, mais aussi que des pays africains, 11 au total dont l'Afrique du Sud, le Kenya, l'Ethiopie et le Nigeria, hébergent des usines de fabrication des armes, M. Adi a convié les praticiens de droit et du Traité, à "aller au delà des considérations producteurs, acheteurs et vendeurs". Pour le deuxième volet, portant sur l'assistance internationale, on peut retenir que la chance pour les pays au Traité, c'est qu'ils peuvent s'attendre à demander, à bénéficier de l'assistance des organisations internationales, régionales, sous-régionales et même nationales et à aussi en offrir.

Pour son second thème lancé par la citation de Kofi Anan qui établissait une corelation entre sécurité, développement et droits de l'Homme, dont la défaillance de l'un hypothèque l'existence de l'autre, et des débats qui ont suivi, le conférencier a relevé une complémentarité entre le TCA et les autres conventions sur le trafic des armes dont la Convention de la CEDEAO, très saluée pour ses avancées. Convaincu qu'une chose est de ratifier le TCA et une autre est de le mettre en application (très importante), il a conclu qu'il urge donc que le Togo intègre dans la loi en gestation sur le régime des armes les complémentarités entre ce traité et la convention de la CEDEAO, pour un contrôle efficace des armes.

Les autres communications de cet atelier, faites par Jonas Paka, Secrétaire Permanent de la CNLPAL et du Conseiller Atara M'dakena, ont permis de compléter les informations utiles dont ont besoin les participants pour cerner encore plus de les contours du TCA et son contenu sur certains thèmes particuliers.

Au terme des travaux, le président de la CNLPAL, Inoussa Bouraïma s'est réjoui du bon déroulement et de ce que le projet de formation sur "l'Appropriation et la mise en oeuvre du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) ; Plaidoyer pour l'adoption et la vulgarisation de l'avant-projet de loi relatif au régime des armes au Togo", s'est avéré finalement d'une très grande utilité, vu la qualité des partages d'information.

Après le Grand Lomé, Maritime et Grand Kloto, d'autres participants seront abreuvés dans les autres régions du pays.

Pour rappel, c'est un projet financé par le "Fonds d'affectation volotaire".

Togo

L'opposition ne se rendra pas à la réunion consultative du gouvernement

En prélude au dialogue entre pouvoir et opposition au Togo, le gouvernement invite quelques partis politiques et… Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.