22 Novembre 2017

Tunisie: La traite des Noirs au XXIe siècle !

Nous apprenons, stupéfaits, éberlués, que la traite des Noirs est de retour, à nos portes, en Libye, et que l'on vend et que l'on achète des êtres humains, des migrants subsahariens qui ont échoué la traversée de la Méditerranée ! C'est impensable au XXIe siècle et pourtant vrai ! Une traite qui ressemble bel et bien à de l'esclavage, et des migrants utilisés comme des captifs, des domestiques, surtout des hommes forts et que, parmi eux, des femmes et même des enfants pris au dépourvu...

L'invention de la traite selon Olivier Pétré-Grenouilleau(*) est née en terre d'Islam via l'Afrique où «le trafic négrier était prospère». «Bien avant, précise-t-il, la traite atlantique, la plus "célèbre" et la moins mal connue des traites d'exportation [qui] ne se développe qu'à partir du XVIIe siècle "soit" près de mille ans après l'essor des traites orientales et transsahariennes qui alimentèrent le monde musulman».

Mais les origines lointaines pourraient remonter à la nuit des temps et, sans doute, l'Egypte pharaonique fut «la grande initiatrice» en ce domaine où l'on utilisait des captifs noirs au moins dès le IIIe millénaire, et sans doute de manière plus importante à partir du Nouvel empire (1580-1085). Ces captifs figuraient aussi bien dans l'armée que pour des tâches serviles -- le transport des monolithes pour la construction des pyramides et les imposantes cités de l'antiquité.

Du temps de Rome et de la Grèce -- de Carthage aussi --, le racisme battait son plein et il y avait même la «traite des blanches» à entretenir et détourner en vue de la prostitution.

En Grèce, l'esclave était considéré comme «un sous-homme» et le fonctionnement de la démocratie -- telle que conçue par les grands philosophes -- n'était «réservée qu'à un nombre restreint de citoyens».

Et c'est à partir de ce «substrat» que fut inventée la «traite des nègres» en terre d'Islam, à partir du VIIe siècle de notre ère. Olivier Pétré-Grenouilleau souligne, en ce sens, que «la constitution d'une vaste entité territoriale musulmane conduisit à une augmentation de la demande d'œuvre servile noire» et d'expliquer que «ce furent des razzias initiales et surtout les tributs imposés qui déclenchèrent le processus».

En outre, et par rapport à l'Occident, le chercheur déclare que «c'est contre un traité conclu en 652 que la Nubie Christianisée acheta la paix (le baqt), stipulait même la fourniture annuelle de 360 captifs (soit un par jour durant l'année), pour alléger la peine».

Au Maghreb, la conquête s'accompagna de rafles, jusqu'aux routes subsahariennes empruntées par des traitants, entraînant ainsi l'essor de la traite.

L'exploitation des mines d'or, de l'ivoire et de l'ambre contribua à expliquer l'ampleur et la rapide expansion de l'Islam.

Ces problèmes, et tant d'autres, ne doivent pas rester tabous, et ils nous concernent, nous tous. Car la Tunisie est aussi un melting-pot du «tout-couleur» et nous en sommes fiers. Fiers de notre africanité et loin, bien loin du racisme que l'on cherche à nous injecter de gré ou de force, depuis sept ans déjà.

Tunisie

Sept ans après, les plaies encore ouvertes !

Souvenons-nous encore d'un certain 17 décembre-14 janvier 2011? La révolution qui ébranla toute la… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.