22 Novembre 2017

Libye: Marchés aux esclaves - Le gouvernement libyen « d'intérim » réagit

document

« Les relations fraternelles et amicales qui se sont tissées entre les Libyens et leurs frères et sœurs en Afrique ne sont plus à démontrer. Déjà au siècle dernier, le Tchad, le Niger et le Nigeria ont connu l'installation de communautés libyennes sur leurs sols respectifs. Nous nous sommes réjouis de la continuation de ces relations entre nos peuples, suite à la libération de nos pays du joug du colonialisme.

Avant même le reportage de CNN qui a circulé ces derniers jours, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) avait dénoncé à juste titre l'existence dans notre pays de « marchés aux esclaves » qui touchent des centaines de jeunes Africains.

Je tiens à vigoureusement dénoncer ces crimes contre l'humanité perpétrés par des bandes criminelles qui sévissent dans les régions occidentales de la Libye. Hélas, le soutien de la communauté internationale au gouvernement dit « d'Union nationale » (le gouvernement de Fayez al-Sarraj, ndlr) ne s'est pas accompagné d'un programme de type DDR (Désarmement, démobilisation et réintégration). Un tel programme, il n'y en a même pas eu les moindres prémisses.

Les milices hors-la-loi ont, malencontreusement, été associées aux mesures de sécurité mises en place après l'avènement du gouvernement dit d'Union nationale à Tripoli, à la fin du mois de mars 2016. Ces hordes armées se sont livrées, entre autres forfaits, à des rapts de Libyens, y compris femmes et enfants, pour imposer ensuite le paiement de rançons exorbitantes.

Nous ne saurions accepter que la résolution de la crise qui frappe gravement notre pays soit confinée au plan politique. Des mesures urgentes et concrètes doivent en effet d'être adoptées pour mettre fin à la mainmise des milices et leurs exactions dans des régions entières de l'ouest du pays.

Nous exigeons que justice soit faite et que, par conséquent, le Procureur de la République ouvre une enquête urgente et que les coupables soient ensuite traduits en justice. Nous ne pouvons plus nous satisfaire d'enquêtes administratives menées par des commissions comme il a été décidé ces derniers jours à Tripoli.

Mus par leurs valeurs islamiques, les Libyens s'associent à la colère exprimée et aux douleurs ressenties par leurs millions de frères et sœurs africains contre les crimes abjects commis par ces ennemis de l'Afrique et de l'humanité tout entière. »

Libye

Les ministres des Affaires étrangères réclament des mesures fortes contre l'esclavagisme en Libye

Le conseil des ministres du Conseil de l'Entente a tenu ce 10 décembre à Lomé, sa douzième… Plus »

Copyright © 2017 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.