22 Novembre 2017

Mali: Les députés allemands divisés sur la mission au pays

Le gouvernement fédéral demande au Bundestag de prolonger de trois mois la participation de la Bundeswehr à la Minusma. Tous les partis y sont favorables, hormis l'AfD et Die Linke. Le sujet a suscité un débat animé.

Les députés du Bundestag ont discuté aujourd'hui [mercredi], pendant trois quarts d'heure, de la prolongation de la mission de la Bundeswehr au Mali.

Le gouvernement d'Angela Merkel réclame au Parlement de prolonger le mandat des soldats allemands au sein de la Minusma de trois mois supplémentaires, jusqu'au 30 avril 2018.

Les débats étaient animés, et seuls deux partis, à l'extrême gauche et l'extrême droite, appellent à ne pas voter la prolongation de la mission allemande au Mali.

Un engagement aux multiples facettes

La mission des soldats allemands au sein de la Minusma au Mali est d'abord de soutenir et faire appliquer l'accord de paix, de promouvoir la réconciliation nationale, et de protéger à la fois les civils et le patrimoine culturel du Mali.

Cette mission est « extrêmement dangereuse », la ministre de la Défense, Ursula von der Leyen le reconnaît, mais cette participation militaire n'est qu'un volet d'un engagement allemand, plus vaste:

"Gerd Müller et son ministère de la Coopération ménent au Mali de nombreux projets civils, de reconstruction et de développement . Et nos deux ministères soutiennent l'initiative du G5 Sahel, sous l'aspect militaire et civil."

La ministre réclame le prolongement du mandat de la Bundeswehr au sein de la Minusma jusqu'en avril 2018 pour que le Bundestag élu en septembre ait le temps de rediscuter de l'engagement allemand au Mali dans les prochains mois.

Pour les sociaux-démocrates aussi, il faut prolonger la mission, mais en augmentant les exigences vis-à-vis des autorités maliennes.

Niels Annen, du SPD, déclare à la tribune que le processus de paix doit être appliqué et "qu'enfin la réforme de la constitution ait lieu.

Il faut impliquer davantage la société civile, et là nous pouvons aider aussi par le biais de nos fondations politiques actives sur place. Et puis une loi électorale avait été promise, or elle n'existe toujours pas. Enfin, il faut que le gouvernement malien soit prêt à combattre fermement la corruption."

"La Bundeswehr ne peut pas participer à une mission coloniale"

Rüdiger Lucassen, de l'AFD, le parti de la droite populiste entré en septembre au Parlement, ne comprend pas pourquoi envoyer des soldats allemands se faire tuer en Afrique, pour un Mali, en cours, selon lui, d' « afghanisation ».

Il interppelle la ministre: " Quels sont, concrètement, vos objectifs? A quelle échéance ? Et quel est réellement l'intérêt de l'Allemagne : la stabilité du Mali ? L'unité du Mali ? Ou s'agit-il, avant tout, de prêter main forte à nos amis français ?"

A l'opposé de l'échiquier politique, Christine Buchholz, du parti de gauche Die Linke, soupçonne le gouvernement allemand de taire ses véritables objectifs sous couvert de venir en aide à la population du Mali : "L'année dernière, il y a eu des protestations à Kidal après que l'armée française avait procédé à des arrestations arbitraires.

Des soldats de la Minusma ont tiré sur les manifestants. Il y a six semaines, des familles entières ont de nouveau protesté contre l'opération Barkhane. LaBundeswehr ne doit pas participer à une mission militaire qui agit au Mali comme une puissance coloniale."

Et la députée de gauche de déclarer que le gouvernement ferait mieux d'investir dans la lutte contre la pauvreté Maliens « plutôt que de dépenser 6 millions et demi d'euros dans une web-série » destinée inciter les Allemands à s'engager dans l'armée pour partir au Mali. Die Linke réclame que les soldats de la Bundeswehr soient retirés du pays.

Le Mali est loin mais il concerne l'Allemagne

Ces propos agacent le député conservateur du groupe CDU/CSU. Il reproche à l'AfD et à Die Linke de faire de l'obstruction sans formuler de propositions alternatives.

Les écologistes rappellent qu'une intervention militaire était nécessaire en 2013, pour empêcher Aqmi et Ansar Dine d'instaurer au Mali un califat comme celui du groupe Etat islamique au Moyen-Orient.

Enfin, du côté des libéraux du FDP , Pascal Kober se dit convaincu de l'importance d'une stabilisation réussie. Il tente d'en persuader les autres députés: "Pour certains dans cet hémicycle, le Mali est seulement un pays pauvre, loin d'ici.

Mais la stabilisation du Mali, du Sahel et des pays du Maghreb est dans notre intérêt. Pour combattre les raisons de l'émigration et le terrorisme international."

Le vote aura lieu en décembre, au Bundestag, après le travail d'une commission parlementaire.

Le mandat actuel de la Bundeswehr au Mali prévoit l'envoi d'un millier de soldats maximum, la Minusma compte en tout 13 000 soldats et 2000 policiers de 52 pays différents. Pour le trimestre février à avril 2018, le gouvernement fédéral prévoit de débloquer 59 millions d'euros.

La ministre de la Défense a par ailleurs confirmé le retrait, d'ici juin 2018, des hélicoptères allemands du Mali, inadaptés au terrain. L'un d'entre eux s'était écrasé en juillet dernier, provoquant la mort de deux pilotes.

Mali

Un projet pour « contrer les risques de radicalisation violente des jeunes au Mali et au Sénégal »

Timbuktu Institute et West African Network for Peace building ont ouvert ce mardi 12 décembre à Dakar,… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.