23 Novembre 2017

Sénégal: Rencontre de sécurité sur pack Lambaye - Le gouverneur situé les responsabilités et annonce des mesures d'urgences

La rencontre annoncée par le ministre de l'intérieur Aly Ngouille Ndiaye s'est finalement tenue dans la salle de délibération de l'hôtel de ville de Pikine.

Une réunion marathon de 6 tours d'horloge présidée par le gouverneur de la région de Dakar pour faire le diagnostic du sinistre qui a occasionné prés 107 sinistrés recensés .les discussions ont tourné autour de trois points notamment les mesures de sécurité, l'évaluation des préjudices et sur le titre foncier et l'existence du marché sur ce site.

Selon le représentant du cadastre de Pikine Ousseynou Dieng, le Pack Lambaye est érigé sur un site qui est réservé au maraichage et non destiné à usage d'habitation. C'est un bail qui est immatriculé TF 401.DP pour 1,7 ha, issu du titre 3892 .

DG de 1958 qui appartenait au sieur Oumar Diouf qui l'avait vendu à Momar Talla Ndiaye. Interrogé par le gouverneur s'il dispose d'une autorisation pour l'implantation d'un marché, le sieur Ndiaye qui a signé le titre foncier global qui englobe 207 personnes a juste soutenu que c'est l'ancien Directeur de l'urbanisme le défunt Cherif Macky Sall qui l'aurait autorisé avec l'appui de l'ancien gouverneur Madieng Khary Dieng.

Ce qui a paru curieux chez le gouverneur qui reprend la parole pour le recadrer en rappelant que l'autorisation doit émaner du Maire mais non du cadastre. Un autre commerçant estime que c'est l'ancien maire Kabirou Mbodj qui a paraphé l'autorisation.

Le gouverneur a aussi demandé à Ameth Fall Braya qui a perdu 36 camions en fumée s'il dispose d'une autorisation d'implantation sur le site. Ce dernier soutient avoir disposé du site depuis plus de 15 ans.

Pressé de questions, il renchérit pour se rétracter en déclarant qu'il est juste sur ce site après avoir été sommé de libérer l'emprise qui devait abriter le bâtiment de l'ENO. Il occupe un garage de véhicule de plusieurs véhicules et un dépôt de carburant pour ravitailler ses véhicules. Une station qui aurait créé une catastrophe si les pompiers ne l'avaient pas très vite sécurisé au moment de l'incendie.

Par moments, ce sont les responsables de la sénélec qui prennent la parole pour rappeler les préjudices causés aux consommateurs lors de l'incendie. Une situation qu'on devrait éviter si les commerçants avaient libéré l'emprise des files haute tension de 15 m de chaque coté.

Tantôt ce sont les environnementalistes qui prennent la parole pour dénoncer le non respect des normes établis pour un établissement classé .Quand la situation sécuritaire est abordée, le camp du Pack Lambaye a organisé sa défense pour accuser Ameth Fall Braya d'être responsable de l'incendie car pour eux le feu provient du garage avant d'atteindre les places d'affaires et qu'ils n'ont pas de branchement électrique sur la zone ou le sinistre a accentué.

Braya se braque pour soutenir le contraire. Il a fallu l'intervention du colonel Goudiaby et du gouverneur sur la propagation du feu pour juste recadrer les uns et les autres donnant comme argument que si le feu provenait du garage de Braya on assisterait à des explosions des cuves de gasoil et la situation serait plus grave, tout en précisant qu'ils ne défendent personne et que l'enquête en cours déterminera l'origine du feu. Le colonel de rajouter que c'est le rayonnement qui a causé la cassure du câble haute tension de la Senelec et annonce l'accompagnement des sapeurs pompiers pour l'enquête.

Pour lui, dans un établissement classé, le respect des normes et règles de stockage, d'entreposage du bois doit être de vigueur. Il ajoute qu'il y avait un stockage de produits inflammables et bonbonnes de gaz qui a beaucoup accentué le feu avant de déplorer l'absence de bouche d'incendie. N'eut été la société SIVOP qui a mis en contribution sa bouche d'incendie et la bâche d'eau dans la Mairie l'affaire serait plus grave.

La négligence humaine, cause de l'incendie

En termes de perspectives le gouverneur préconise des mesures d'urgence après avoir diagnostiqué la situation. Pour Mouhamed Fall Gouverneur de la région de Dakar l'incendie est causé par une négligence humaine et des mesures d'urgences sont prises. «J'ai instruit le préfet de Pikine de prendre un arrêté de fermeture du dépôt de carburant de Braya qui est de 21.000 litres. Il est sommé de quitter dans 72 h. La 2e mesure est de libérer la haute tension toutes les installations anarchiques notamment les installations de Fall Braya seront systématiquement enlevées.

On va établir des mesures de sécurité autour du fil à haute tension de faire en sorte que les risques soient amoindris. La 3e mesure, nous allons installer un comité de gestion et de suivi en perspective de restructuration du marché et cela dès jeudi. L'urbanisme va se réunir avec les représentants des commerçants pour définir un plan de circulation cohérent, sécurisé à l'intérieur du marché.

La commission de protection civile sera dépêchée dans le marché dés vendredi pour annoncer et voir la situation des bouches d'incendie dont l'une est déjà payée par le commune de Dalifort et nous remercions le maire de la ville qui a pris l'engagement d'installer 5 bouches d'incendies. Nous allons revenir avec la Ville et l'ucg ce samedi pour nettoyer les places calcinées, les épaves de véhicules et nettoyer proprement le site ".

Il faut signaler que le gouverneur a été assisté par le préfet de Pikine, du sous préfet de Dagoudane, du Colonel Goudiaby, des sapeurs pompiers et en présence des maires de ville de Pikine, de la commune de Dalifort, des commerçants de Pack Lambaye, des responsables de service de la Sénélec, du ministère de la pêche, des services du cadastres, de l'environnement et tous les services concernés du sinistre de Pack Lambaye.

Sénégal

Affaire Khalifa Sall - Le pays dénonce la démarche du Conseil de Paris

Le gouvernement sénégalais a dénoncé mercredi 13 décembre la démarche du… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.