23 Novembre 2017

Congo-Brazzaville: Gestion des situations humanitaires - Les acteurs impliqués s'imprègnent du nouveau mécanisme

L'atelier de formation sur le mécanisme humanitaire de la République du Congo, qui se tient du 22 au 26 novembre à Kintelé, vise, entre autres, à évaluer les avancées et améliorer la capacité des acteurs humanitaires.

Organisée par le gouvernement congolais en partenariat avec le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Congo, la formation regroupe les cadres et agents des ministères impliqués directement ou indirectement dans la préparation et la réponse aux urgences humanitaires. En effet, placé sur le thème : « Familiarisation avec le mécanisme humanitaire », ce rendez-vous du donner et du recevoir permettra aux participants de suivre les communications sur les six modules retenus. Il s'agit, entre autres, du cadre global d'actions, de la Constitution, des stratégies et du renforcement des capacités individuelles.

Le représentant du HCR au Congo, Cyr Modeste Kouamé, a indiqué que cet atelier qui se tient quelques heures seulement après la signature d'un protocole d'accord entre les deux parties est d'une très grande importance. Il obéit, a-t-il dit, à la stratégie de renforcement des capacités individuelles, systémiques et organisationnelles adoptée par la République du Congo avec l'appui technique et financier du HCR, en matière de droit international des personnes. Selon lui, les sujets à aborder ont trait aux éléments clés de la stratégie nationale de prévention et de réduction des risques de catastrophes; aux cadres globaux de réduction de risques de catastrophes adoptés par la communauté internationale et aux domaines de coopération du protocole d'accord entre la République du Congo et le HCR.

De nombreuses catastrophes enregistrées au Congo

Il a, par ailleurs, annoncé que cet atelier sera suivi prochainement d'autres formations tant sur la familiarisation avec le mécanisme que sur la gestion des situations d'urgence, la création et la formation des membres de l'équipe de préparation et de réponse aux situations d'urgence.

Présidant la cérémonie, le directeur du cabinet de la ministre des Affaires sociales, de l'action humanitaire et de la solidarité, a souligné que cette formation permettra aux participants de se familiariser avec le nouveau cadre institutionnel et opérationnel de l'action humanitaire. D'après Christian Aboké-Ndza, le Congo a enregistré et enregistre encore de nombreuses catastrophes (inondations, vents violents, ensablements, déplacements de la population... ). Celles-ci ont révélé la vulnérabilité du pays et plusieurs dysfonctionnements liés aux dispositifs de préparation et de réponse.

« Les leçons apprises de la gestion de ces situations montrent que, dans un passé récent, l'humanitaire en République du Congo était essentiellement orienté vers des actions réactives (réponse ponctuelle à des situations d'urgence) avec un peu d'attention à la gestion proactive des risques (prévention et préparation aux catastrophes ou au relèvement post-catastrophe. La caractéristique en était l'absence d'un mécanisme permanent de coordination humanitaire », a-t-il précisé.

Pour lui, l'absence d'une stratégie nationale de gestion des catastrophes intégrée et intersectorielle, englobant toutes les étapes du cycle de gestion des catastrophes, a eu plusieurs conséquences. Il a, par exemple, cité le manque de clarté sur la répartition institutionnelle des responsabilités (chevauchements de rôles). Christian Aboké-Ndza a aussi épinglé le manque de structure intégrée de coordination intersectorielle de l'action humanitaire qui a conduit au recours à des mécanismes ad hoc de coordination réactive à la survenue d'une catastrophe ou crise quelconque, sauf dans le cas des réfugiés.

Congo-Brazzaville

Justice - Firmin Yangambi saisit la Cour constitutionnelle

Le détenu bénéficiaire de la loi d'amnistie de 2014 conteste son maintien en détention. Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.