24 Novembre 2017

Bénin: Valérie Vinakpon, digne et fière ambassadrice des 'Saveurs du Bénin'

Son histoire est singulière. Son rapport à la cuisine l'est autant. Son engagement pour les casseroles se renouvelle au quotidien.

Valérie Vinakpon Gbaguidi, restauratrice et patronne de 'Saveurs du Bénin' séduit les Cotonois avec ses mets dont on en dit que du bien. Histoire d'une énarque qui a renoncé à tout pour se consacrer à l'art culinaire.

Son charme et son sourire sont si sincères, si francs et si forts qu'ils se laissent parfois voir avant ses rondeurs. Elle est aimée et sa cuisine est adulée. Chez elle, on mange sain, bon et pourquoi pas beau. « Elle était très accueillante, sympathique. Elle est venue nous voir à notre table pour nous remercier. Le repas était bon ». Axelle n'oubliera pas de si tôt son premier déjeuner dans le restaurant de Valérie, Saveurs du Bénin. La jeune vacancière se rappellera encore longtemps l'accueil de la patronne des lieux. Ce premier et seul contact l'a marqué. Elle en parle partout, en tout cas chaque fois qu'elle en a l'occasion. Mais pour Tata Valérie (comme on se plait à l'appeler), ce charme qu'elle offre à sa clientèle et cette chaleur qu'elle ne cesse de distiller autour d'elle sont indispensables à son activité de restauratrice.

« Quand un client est satisfait de l'accueil, même si votre repas a un défaut, il vous le dit gentiment mais revient toujours. Par contre même quand le repas est bon et que l'accueil n'y est pas, ce n'est pas sûr qu'il revienne », sourit la patronne des 'Saveurs du Bénin'. Lorsque ses clients mangent et se disent satisfaits, elle dit l'être aussi. Dans le cas contraire, elle les pousse à s'extérioriser. « Je reste très ouverte aux critiques qui construisent, qui font avancer », nous révèle-t-elle, toujours avec sourire.

On peut dire sans excès que dame Vinakpon Gbaguidi a quelque peu bousculé les donnes de la restauration à Cotonou. « Elle ne fait pas forcément comme tout le monde. Chacun de ses mets a une saveur bien singulière », laisse entendre Astrid qui a déjà largement goûté aux plats de la belle restauratrice.

Terrasse du restaurant 'Saveurs du Bénin', à Cotonou

« Je revendique la sincérité de la cuisine »

Elle devrait être aujourd'hui un cadre niveau supérieur dans l'administration béninoise si elle avait poursuivi son rêve. Celui-là même qui lui a fait porter pendant des années, l'uniforme bigarrée estampillée du logo et de la devise de l'ex-Ecole nationale d'administration du Bénin. Enarque bon teint, Valérie Vinakpon l'a été avant de se réfugier définitivement à la cuisine, sa passion. Son penchant pour les casseroles remonte à sa tendre enfance. De sa mère, elle tient son don de concocter des plats aux saveurs enivrantes. « Ce qui m'impressionnait le plus chez ma maman, c'est qu'elle n'a souvent pas besoin de grande chose pour vous faire de délicieux plats ». Entre mère et fille, le flambeau de la cuisine a poursuivi sa course et l'héritage culinaire légué sans arrière pensée à la petite Valérie d'alors fait aujourd'hui le bonheur de ceux-ci se délectent de ses plats.

Bamidélé Adimi Agbozo, journaliste à la télévision nationale du Bénin fait parti des « esclaves » de 'Saveurs du Bénin'. « J'aime tout ce qui se fait à Saveurs du Bénin. Leurs plats très digestes se laissent manger et l'accueil est très chaleureux », lâche sans hésitation la présentation des grandes éditions du JT sur la nationale. Son plat préféré c'est l'igname pilé à la sauce Tchiayo « et Saveurs du Bénin a cette particularité de la faire tellement savoureuse cette sauce que je n'arrive pas à m'en passer », apprécie-t-elle. Ces plats constituent-ils aussi une source d'inspiration pour la jeune journaliste ? Difficile à dire. Ce qu'elle certifie par contre, c'est que les mets de Valérie Vinakpon ramènent à la maison. « On a l'impression de déguster un plat qu'on a préparé soi-même. Çà sent de la bonne cuisine, pas trop d'artifices mais tout ce qu'il faut pour vous mettre à l'aise », assure-t-elle. Les témoignages du genre foisonnent sur les réseaux sociaux, notamment sur les pages de Valérie Vinakpon et Saveurs du Bénin. Chaque client satisfait tient à le faire savoir.

Une cuisine singulière aux saveurs avérées que Valérie assume non sans fierté. « Je revendique la sincérité de ma cuisine. Une cuisine sans ajout de produits, de substance, d'ingrédients frelatés », laisse-t-elle entendre. A côté de certaines de ses collègues restaurateurs qui pour « pour des raisons économiques utilisent n'importe quoi dans leur cuisine », elle autre fait « très attention à tout », se met « à la place du client en choisissant les meilleurs qualités de produits pour lui. Pour mieux tenir cet engagement, elle fait passer des contrats avec « des fermiers de la place qui font du bio ».

« J'ai reçu énormément de témoignages. Des personnalités de notre pays, de la sous-région (oui de la sous-région) m'ont avoué comment ces livres ont sauvé leur couple (... ). J'ai des appels du bout du monde. J'ai des fois des frissons devant tant d'éloges sur ces livres »

Auteure aussi...

Valérie Vinakpon Gbaguidi aurait déjà publié son troisième livre de cuisine si, fin perfectionniste qu'elle est, elle ne mettait pas encore trop de temps pour revoir à chaque fois et mettre les dernières touches. Cette passionnée de photographie et de graphisme n'est ni avare, ni gourmande. Ses talents et connaissances en art culinaire, elle les partage volontiers. D'où son ouvrage « saveurs du Bénin » dont les Tomes I et II ont largement fait le buzz et ont été vendus comme de petits pains. « J'ai reçu énormément de témoignages. Des personnalités de notre pays, de la sous-région (oui de la sous-région) m'ont avoué comment ces livres ont sauvé leur couple en aidant leur épouse à savoir préparer tel ou tel mets de chez nous et même d'ailleurs. J'ai des appels du bout du monde. J'ai des fois des frissons devant tant d'éloges sur ces livres. C'est une grâce », peut donc frissonner Valérie. Si elle en est arrivée aux livres, c'est toujours la passion pour la cuisine et plus encore l'envie de vulgariser la cuisine béninoise. « J'avais fait la remarque de l'inexistence de support papier qui regroupe la majorité des plats authentiquement béninois qui tendent à disparaitre faute de transmission à la jeune génération », révèle-t-elle.

Des livres au restaurant, le pas a été vite franchi. « Apres la parution du premier livre de cuisine en juillet 2003, des amis, connaissances, parents et collègues parce que je travaillais dans le temps dans une structure me passaient des commandes de repas lors de diverses cérémonies. D'autres même sont allés jusqu'à me défier : ils disaient que c'est facile de sortir des livres sans forcément savoir préparer. La cuisine ayant toujours été ma passion, l'envie de liberté, de m'auto-employer, ajoutés et bien d'autres raisons m'ont vite orientée vers l'ouverture d'un restaurant ». Ainsi naquit le en avril 2007, le tout premier restaurant « Saveurs du Bénin ». Et depuis dix ans, Valérie Vinakpon Gbaguidi nourrit ses clients à la bonne bouffe.

Plat d'escargot made in 'Saveurs du Bénin'

« Mon mari est jaloux... »

Il était quasiment impossible pour nous de ne pas chercher à savoir comment l'homme qui partage la vie de Valérie réagit aux nombreux compliments sur la cuisine de sa femme. Est-il content que ce qui aurait pu être sa seule chasse gardée soit ainsi partagée avec le monde entier ? Là-dessus, la restauratrice n'y va pas du dos de la cuillère pour se confesser. A la question, elle sourit, rit, se reprend puis avoue : « Au début oui, il était jaloux. Mais avec le temps, ça va ».

Cuisiner c'est me sentir utile à quelque chose !

Même si elle excelle dans bien de mets, elle a aussi son plat préféré, l'igname pilée et la sauce basilique. Pas étonnant quand on sait que patronne des 'Saveurs du Bénin' vient de ce qu'on pourrait qualifier de pays de l'igname au Bénin. Sur son parcours, plusieurs distinctions dont le prix spécial du jury au Gourmand Awards à Londres. Au Bénin, en 2010, le prix de l'identité culturelle et en 2015, le prix de la Femme entrepreneure des trophées Femme de feu. Valérie Vinakpon Gbaguidi adore la marche. Les couleurs vert clair et le rouge la fascinent. Elle est une mère de famille comblée aux côtés de ses deux filles. Pour elle, cuisiner, c'est faire plaisir aux autres, se faire plaisir et se sentir utile. Quand ses plats sont bien dégustés, elle se réjouit et quand le client clame sa satisfaction, elle en jouit. Ainsi va la vie de cuisinière de tata Valérie...

Bénin

Signature d'un protocole d'accord sur le "free roaming" entre les deux pays, mardi

Le directeur général de l'Autorité de régulation des télécommunications et des… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.