24 Novembre 2017

Burkina Faso: De la contre-revolution a la repression au burkina les souvenirs douloureux de jean-hubert bazié

Tout est loin d'être dit relativement au coup d'Etat du 15 octobre 1987 et les évènements qui s'en ont suivi. Beaucoup de langues se sont déliées et on en attend d'autres comme celles d'aujourd'hui de Jean-Hubert Bazié et certains de ses camarades.

« L'APRES SANKARA : DE LA CONTRE-REVOLUTION A LA REPRESSION AU BURKINA ».

C'est un recueil de témoignages qui vient de paraître et dont l'auteur n'est autre que Dr Jean-Hubert Bazié. Des souvenirs douloureux que lui, Jean Hubert Bazié et ses camarades, proches de Thomas Sankara, tous des victimes de la Rectification, ne peuvent pas chasser de leur mémoire.

« Militaire, civil, privé, agent de l'Administration publique journaliste, sport : ils viennent d'horizons divers. Leur dénominateur commun est d'avoir subi sous toutes les formes, les foudres du Front populaire de Blaise Compaoré, à travers son Organisation pour la démocratie populaire/Mouvement du travail (ODP/MT)...

Recueillis par Jean-Hubert Bazié, leurs témoignages plus qu'éloquents, montrent la face hideuse d'un pouvoir qui s'est révélé être le plus répressif, le plus sanglant et le plus meurtrier des régimes politiques que le Burkina ait jamais connus ».

Ce « synopsis » est celui d'un film retraçant la vie d'hommes qui ont « traversé le désert », qui ont « survécu » à des supplices, qui ont vu leur vie « pourrir » par des adversaires politiques et par un système répressif... Leur famille respective, leurs épouses, leurs enfants, ont dû, comme devant des croix plantées quelque part dans des Golgotha, regarder ces hommes souffrir, poignardés sur les côtés par des « amis » d'hier.

Dans ce livre, en effet, Soumaïla Zéba, Jean-Emmanuel Oualy, Jean-Hubert Bazié, Firmin Diallo, Vidinic Pascal Ouédraogo et Batien Bénao, racontent, chacun son histoire, son calvaire. Qui mieux que le kôrô Bazié lui-même, Homme de média, pour recueillir les témoignages. « Ils nous ont mis nus comme des vers dans une cellule. Sans caleçon, parce que les conditions de détention étaient telles que certains s'étaient déjà suicidés avec tout ce qui leur tombait sous la main (... .).

Nous étions enchaînés deux à deux », raconte Zéba. « C'était atroce. On ne tenait plus sur les jambes. Les vêtements que nous portions étaient entièrement ensanglantés et collaient à nos peaux. J'ai encore sur le corps, des traces, des séquelles de ces tortures », ajoute, pour sa part, Firmin Diallo. Le reste, chacun est invité à le découvrir dans ce bouquin. Au-delà des horreurs qu'ils ont vécues, Dr Bazié et ses camarades, n'en tiennent pas rigueur à leurs geôliers d'hier.

« Nous espérons donner à voir, à partir de ces témoignages, l'étendue et la nécessité d'une réconciliation vraie, inter-individuelle et nationale, fondée sur la vérité et la justice. Elle peut paraître la mer à boire. Mais si tous les hommes intègres de ce pays béni de Dieu se décidaient, nous arriverions à éteindre les feux de la haine et de la vengeance, tout aussi dévastateurs que ceux de la bêtise et de sa sœur : la méchanceté ! ».

Ces propos sont de l'auteur lui-même.

Burkina Faso

Cour d'appel de Ouagadougou - Un incendie qui interroge

La liste des sinistres causés par des incendies ne cesse de s'allonger dans la capitale burkinabè. Le… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.