24 Novembre 2017

Afrique: Syrie - l'opposition sera à Genève avec une délégation unifiée pour négocier

L'opposition syrienne est parvenue ce vendredi 24 novembre à Riyad à trouver un terrain d'entente pour envoyer une délégation unifiée en vue des prochaines négociations à Genève avec le régime sous l'égide de l'ONU. L'exigence de l'opposition a changé : le départ de Bachar el-Assad avant toute négociation n'est plus un préalable ; en revanche, il doit quitter le pouvoir dès qu'une nouvelle phase de transition sera établie.

« Nous nous sommes mis d'accord avec les deux autres groupes [de l'opposition] pour envoyer une délégation unifiée pour participer aux négociations directes à Genève », a annoncé à la presse Bassma Kodmani, un des membres de l'équipe de négociateurs ce vendredi.

L'annonce de l'accord intervient au deuxième jour des pourparlers organisés sous l'égide de l'Arabie saoudite, réunissant quelque 140 représentants de l'opposition avant les négociations prévues à Genève le 28 novembre avec le régime du président Bachar el-Assad.

Cette rencontre de Riyad intervient également au moment où la Russie, alliée du régime de Bachar el-Assad, espère réunir un « congrès » à Sotchi entre des représentants du gouvernement et de l'opposition syrienne sous les auspices des puissances qui les soutiennent.

Front commun

L'opposition syrienne n'avait encore jamais réussi à présenter un front commun lors des précédents rounds de négociations à Genève sous le patronage des Nations unies et de son représentant spécial pour la Syrie, Staffan de Mistura.

Bassma Kodmani a ajouté que de nouvelles réunions étaient prévues pour s'accorder sur les noms et le nombre des délégués représentant chacun des groupes de l'opposition, au sein d'une délégation commune de 50 membres.

Salam Kawakibi, politologue franco-syrien, confirme par ailleurs sur RFI que l'exigence de l'opposition a changé. Plus question que Bachar el-Assad parte avant toute négociation sur le futur de la Syrie. En revanche, il explique que l'opposition exige désormais le départ du président syrien dès qu'une nouvelle phase de transition sera établie.

L'opposition syrienne représentée par plus ou moins l'ensemble de ses composantes s'est retrouvée à maintenant choisir la délégation qui va négocier probablement à Genève et pourquoi pas, si les Russes continuent à maîtriser le jeu, à Sotchi aussi.

L'Arabie saoudite a joué un rôle très important dans le changement de préalables imposés par l'opposition à toute négociation, c'est-à-dire le départ de Bachar el-Assad du pouvoir. Maintenant le départ de Bachar el-Assad fait partie de l'exigence traduite par la déclaration d'hier, que Bachar doit partir au début de n'importe quelle période transitoire. [Le préalable de départ de Bachar el-Assad et ensuite des négociations], ce n'est plus le cas et c'est une réussite russe.

Afrique

Protection sociale - 82% de la population africaine sans aucune couverture sociale

L'Organisation internationale du travail (Oit) a rendu public, aujourd'hui son rapport sur la protection dans le monde.… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.