25 Novembre 2017

Burkina Faso: Appel au calme avant la visite du président français

Au Burkina Faso, plusieurs organisations de la société civile burkinabè avaient appelé à manifester sur le trajet du président français, Emmanuel Macron, qui se rendra à Ouagadougou lundi 27 novembre. Il s'agissait, pour elles, de manifester contre le « pillage » des ressources naturelles par les multinationales présentées comme impérialistes, notamment françaises. Ces organisations voulaient également manifester contre la présence militaire française au Burkina et contre le maintien du franc CFA, une « monnaie coloniale », selon les organisateurs. Une situation qui a conduit le gouvernement à lancer un appel au calme aux populations afin de réserver un accueil chaleureux au président français.

A l'université de Ouagadougou où doit se rendre le président français pour livrer son discours à la jeunesse africaine, l'Union générale des étudiants burkinabè (UGEB), appelle également à manifester d'où cet appel au calme de Remis Dandjinou, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

« L'université est, par excellence, un point de contradiction. Aussi, je pense que si des acteurs universitaires ou des associations disent qu'ils ne sont pas d'accord avec la venue, c'est leur droit ; nous sommes dans un pays de démocratie. Ce que nous voulons c'est insister sur le fait que nous avons ici une pratique culturelle et une pratique de réception de nos hôtes. Cela n'a pas empêché le président Thomas Sankara d'avoir un discours extrêmement dur à l'encontre de Mitterrand et de l'avoir reçu avec tous les égards », a précisé le ministre de la Communication.

Contre la présence militaire française

Plusieurs organisations telles que la Confédération générale du travail ou encore l'Organisation démocratique de la jeunesse, annoncent des manifestations contre le pillage des ressources naturelles et contre la présence militaire française au Burkina Faso.

Alpha Barry, ministre burkinabè des Affaires étrangères, a cependant tenu à souligner que, face à toute situation, il faut privilégier l'intérêt supérieur de la Nation.

« On doit oublier les intérêts partisans et penser à l'intérêt supérieur de la Nation. Imaginez un seul instant l'honneur que le Burkina Faso a eu d'accueillir un chef d'Etat et qu'on dise qu'il a été mal accueilli. Cela ne répond à aucune de nos valeurs ; cela ne répond à aucune de nos références culturelles », a-t-il déclaré. Selon le ministre Alpha Barry, aucune tradition au Burkina Faso n'autorise les populations à boycotter l'arrivée d'un étranger.

Burkina Faso

BKoudougou, la ville de Norbert Zongo, continue de réclamer justice

Mercredi 13 décembre 2017, cela fait 19 ans que le journaliste Norbert Zongo a été assassiné… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.