25 Novembre 2017

Ile Maurice: Résidences la Ferme et Longères - La longue attente des habitants pour un lodgement

Amer, perplexe, indigné... Les adjectifs ne manquent pas pour décrire l'état d'esprit dans lequel se trouvent les habitants des résidences La Ferme et Longères. Depuis plusieurs mois, ils espèrent que leur quotidien s'allège, surtout après les déclarations de l'ancien ministre du Logement, Showkutally Soodhun. Ce dernier avait promis de les reloger. Mais maintenant qu'il a démissionné, les habitants sont dans le flou.

À résidence La Ferme, à Bambous, seuls les rires des enfants brisent la monotonie de l'endroit. Ils courent et jouent sur une terre rouge. Un peu plus loin, Saroje Dora met sa marmite à pression sur le feu. Elle raconte que cela fait plus de 20 ans qu'elle vit à résidence La Ferme.

«Je n'ai pas assez de moyens pour construire une nouvelle maison. On aurait aimé que le gouvernement nous aide et nous construise un logement. On aurait remboursé petit à petit par la suite.» Elle soutient qu'elle aurait eu un contrat pour un terrain, mais les différents gouvernements lui ont déconseillé de quitter sa maison à la Ferme.

«Je suis stressée. Je dors peu la nuit car j'ai peur qu'un jour des pelleteuses viennent et détruisent mon domicile On voit la détresse des gens dont les maisons se trouvaient sur le tracé du Metro Express. Je ne veux pas vivre la même chose.» L'ex-vice Premier ministre avait confié, le 9 août, que les habitants de cette région vivaient avec le risque de voir céder les parois du réservoir de La Ferme. Il avait affirmé qu'une délocalisation devrait se faire d'urgence. Mais rien, jusqu'ici.

Fiya Allyar, autre habitante de résidence La Ferme, vit également dans cette angoisse permanente. «On nous a dit dans un premier temps que l'on nous enverra à Beaux-Songes. Mais depuis plusieurs mois, on n'a plus de nouvelles. On est allé s'enquérir auprès des gens qui sont proches de ce dossier, mais personne n'en sait quoi que ce soit.» Elle sent que la patience qu'elle a gardée depuis plus d'une vingtaine d'années s'effrite.

Autre promesse de Showkutally Soodhun qui laisse désormais place à un sentiment de révolte : la construction de plusieurs maisons pour les habitants de résidence Longères, à Baie-du-Tombeau. «Li ti dir ki bann travo ti bizin koumansé an oktob, mé nanié ziska ler», déclare Annabelle Curpenen, une habitante de la localité. Sauf un arpenteur qui a marqué le chemin il y a plusieurs semaines. «On nous a menti. On nous a fait beaucoup de promesses, mais toujours rien.»

Ces habitants espèrent que le nouveau ministre du Logement, Mahen Jhugroo, écoutera leurs doléances et les aidera. «Les hommes au pouvoir ont bien critiqué le gouvernement d'avant, mais ils ne sont pas meilleurs», lâche Annabelle Curpenen. Elle se dit prête à payer pour avoir un toit décent. «Vous vous rendez compte que quand il pleut, la fourniture d'électricité est interrompue ? Nous restons dans l'attente... »

Ile Maurice

Arvin Boolell - «Je demande à mes adversaires de venir de l'avant avec leurs idées»

Première réaction d'Arvin Boolell en direct du terrain ce lundi 18 décembre. Les premiers… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.