28 Novembre 2017

Madagascar: Le Japon au chevet des paysans de l'Alaotra

Les paysans de l'Alaotra reconnaissent l'importance de l'eau dans leurs activités. Avec l'appui du Japon, des associations des usagers de l'eau ont été créées.

Les paysans d'Alaotra tirent des leçons de la saison précédente. La sécheresse a frappé de plein fouet la campagne rizicole, avec une perte allant jusqu'à 50%. Maintenant, la gestion de l'eau s'organise grâce à l'appui technique du Japon. Kosuke Uzawa, un volontaire de Japan Overseas Cooperation Volunteers (JOCV), met tout son savoir-faire pour fédérer l'ensemble des usagers des canaux d'irrigation de Manana-Amontana autour d'une association. Chose qui était faite.

« Les canaux d'irrigation étaient là, mal entretenus faute d'une fédération des associations des usagers d'eau très active. Depuis l'arrivée de ce technicien japonais, nos paysans reconnaissent l'utilité de cette organisation. Des actions ont été menées, allant jusqu'à la dynamisation de la création d'une fédération. Les travaux d'entretien commencent petit à petit », a déclaré Samuel Rakotondrabe, directeur régional de l'agriculture et de l'élevage (DRAE) de la région Alaotra Mangoro.

Au niveau de la commune d'Ambandrika, près d'un millier d'hectares de rizière dépendent des canaux d'irrigation de Manana-Amontana. Deux associations d'usagers d'eau ont été ainsi créées dans les deux rives.

Dans les rives droites, cinq cent hectares sont irrigués. Les quelques cinq cent foyers attendent ainsi des résultats concrets des travaux. Tout comme les autres paysans de la rive gauche, où trois cent hectares de rizières sont alimentés par ces canaux d'irrigation.

Meilleurs résultats

« Conscients de l'importance de l'eau dans leurs activités, les paysans cotisent dans l'entretien des canaux d'irrigation. Actuellement, ils constatent un manque de débit pour toutes les surfaces de rizières. Un projet de déviation de la rivière d'Ankotrana est dans l'air. Ce qui permet d'obtenir de meilleurs résultats dans les prochaines campagnes », a expliqué Kosuke Uzawa.

Ces propos ont été confirmés par Nirina, le président des associations des usagers de la rive gauche. « Pour les travaux d'entretien, ces paysans déboursent 16500 ariary par hectare. Le taux de recouvrement atteint jusqu'à 80% à la fin de campagne », explique-t-il.

La région Alaotra est la principale région productrice de riz à Madagascar. Elle dispose de 150 000 hectares de rizières cultivables. La production rizicole pouvait atteindre près de plus de 500 000 tonnes chaque année. Mais pour la dernière campagne, elle n'était que 265 000 tonnes, selon les chiffres fournis par la DRAE.

Madagascar

Lutte contre la peste - Les puces d'Antanimora insensibles à tout insecticide

Les rats prolifèrent dans nombre de centres de détention à Madagascar. Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.