30 Novembre 2017

Afrique: Dakar accueille la 4ème conférence des BTP et infrastructures

Se tient les 14 et 15 décembre prochains à Dakar, la 4ème Conférence BTP & Infrastructures. Lynda AphingKouassi, directrice générale de Kaizene a fait face à la presse pour dégager les grandes orientations de cette grande messe des infrastructures.

«Nous voulons mobiliser toute l'expertise africaine, de la France et des Etats-Unis évoluant dans le secteur du Bâtiment et des travaux publics (Btp) et des infrastructures pendant 2 jours, à Dakar, pour discuter et échanger ensemble sur les leviers à actionner pour résorber l'énorme défi infrastructurel que connait l'Afrique», a dit Lynda AphingKouassi, directrice générale de Kaizene.

Elle faisait face à la presse hier, mercredi, à Dakar ce, en prélude de la 4ème Conférence BTP & Infrastructures le 14 & 15 Décembre à Dakar. «L'énorme défi infrastructurel de l'Afrique peut et doit se résorber par ses fils aux compétences avérées. Et ce, par des rencontres et échanges pour voir ensemble comment mobiliser tous, tant du point de vue des ressources humaines que financières», explique-t-elle.

Lors de cette grande messe des Btp, autour du thème: «La croissance économique face aux enjeux infrastructurels en Afrique», plusieurs panels et thématiques relatifs aux questions de financement et de valorisation de l'expertise africaine, entre autres, sont débattues», a-t-elle détaillé.

Sur le choix de Dakar d'abriter cette 4ème édition, elle dira: «D'abord, nos conférences sont annuelles et tournantes et Dakar est un bel exemple de succès en matière d'infrastructures avec la ville de Diamniadio et ses pôles urbains.

A travers cette rencontre, nous voulons montrer les talents qu'on trouve au Sénégal et en Afrique de façon générale. Et ensemble voir comment on peut fédérer les synergies pour se développer». Dakar abrite cette 4ème édition du genre, après Johannesbourg (Afrique du Sud), Abidjan (Côte d'Ivoire) et Londres (Angleterre).

«Aujourd'hui, l'Afrique doit et peut se développer si les compétences sont valorisées. Et nous pensons qu'il est tout à fait possible de se développer à travers des rencontres de discutions et d'échanges du genre qu'on arrivera à comprendre que le développement de l'Afrique est possible», a-t-elle justifié.

«Le choix des infrastructures se justifie par ce qu'elles représentent elles-mêmes. C'est sur les infrastructures que repose tout socle de développement. Et sur ce, nous avons du talent. Nous n'avons nullement besoin de venir d'ailleurs pour se valoriser. Il suffit tout simplement de nous mettre ensemble pour se développer», a-t-elle soutenu.

Sénégal

Le Casa-Sports arrache de justesse le nul

L'équipe locale du Casa-Sports a frôlé, hier, la défaite face à la Sonacos de… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.