1 Décembre 2017

Burundi: Dieu e(s)t Imbonerakure - Deux notions incompatibles

Dans un discours prononcé le 18 novembre à Cibitoke à la clôture de la semaine du combattant, le président Pierre Nkurunziza a fait savoir que le premier Imbonerakure est Dieu et que comploter contre ceux-ci serait aller contre la volonté divine. Deux blogueurs de Yaga s'interrogent sur les possibles conséquences de cette comparaison.

Tout discours est un message à partir duquel le récepteur se fait une opinion selon ses préférences et appartenances. Dans le cas qui nous préoccupe, c'est la croyance qui a été évoquée. Et connaissant la société burundaise, c'est un sujet très sensible auquel on doit toujours du respect, de la confiance et parfois même une obéissance aveugle.

Le nom Imbonerakure n'a rien de mauvais, d'ailleurs c'est un très joli concept. On voudrait tous se projeter loin et avoir la chance de bien orienter notre vie. Mais comparer Dieu à un Imbonerakure ne serait-il pas dangereux par les temps qui courent? A quoi Dieu est-il associé? La sainteté, la pureté, l'irréprochabilité, la toute-puissance... Et à Imbonerakure est aussi associé accusations de divers actes peu orthodoxes. Certains diront que ce ne sont que des accusations. Oui, mais de très récurrentes ces accusations.

L'interprétation du message du Chef de l'Etat pourrait être mal faite par un Imbonerakure de la localité X qui s'est vu évalué à la même capacité de vision que Dieu. Ceci pourrait influer sur ses idéologies et faire monter son zèle. Il aurait beaucoup plus de courage et se dédierait plus aux activités dites « patriotiques ». Il se sentirait tout-puissant et serait tenté d'utiliser la légitimité lui conférée pour nier les droits de l'autre. Par ailleurs, n'est-il pas investi d'une mission divine ?

Soutien indéfectible

Comparer les deux revient alors à donner le message suivant pour la jeunesse du parti au pouvoir: ‹‹ Les responsables de votre parti au haut niveau vous soutiennent face aux accusations qui pèsent contre vous. Ne vous en faites pas, on est et on sera toujours avec vous ! Encore plus, Dieu, le tout puissant, est avec vous. Il est même un de vous. Chers Imbonerakure, vous avez la fibre divine ! ››. Un discours qui pourrait avoir tout son sens quelques jours après l'ouverture des enquêtes sur le Burundi par la Cour pénale internationale. A l'endroit de la classe politique qui n'est pas aux affaires, le signal est clair : « Vous ne faites pas le poids face à nous, le Tout puissant est de notre parti ».

Dans un climat politique encore tendu, il serait préférable de garder à l'écart tout ce qui pourrait laisser planer la confusion et conférer certains pouvoirs à certaines gens à la réputation quelques fois douteuse. Il est vrai que selon les calculs politiciens, c'est une bonne stratégie pour remobiliser les troupes à quelques années de 2020. Mais est-ce la meilleure méthode ?

Burundi

Répressions et intimidations à l'approche du référendum

Le référendum constitutionnel au Burundi, c'est pour très bientôt ; le 17 mai prochain,… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.