2 Décembre 2017

Congo-Brazzaville: Brazzaville - Un suspect aux arrêts suite aux menaces visant les ambassades de France et des Etats-Unis

Le gouvernement congolais a annoncé, le 1er décembre, par la voix du ministre de la Communication et des médias, l'interpellation par les services de police d'un suspect suite aux menaces d'attaque reçues par les missions diplomatiques française et américaine installées à Brazzaville.

Sans dévoiler l'identité de l'intéressé, le ministre Thierry Lézin Moungalla a indiqué que l'homme, âgé d'une trentaine d'années, est de nationalité congolaise et de confession musulmane.

Les menaces de ce type sont les premières visant les chancelleries occidentales dans la capitale congolaise épargnée, comme l'ensemble du pays, par des actes liés au terrorisme international.

Congo-Brazzaville

Coopération - Le Congo souhaite un réajustement de l'aide de la Banque mondiale

Le gouvernement congolais veut convaincre son partenaire, afin que le financement disponible soit davantage… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.