5 Décembre 2017

L'Afrique doit trouver en elle-même des solutions réalistes à ses problèmes de gouvernance

Addis Abeba — Pour que se produise une transformation structurelle de l'Afrique, celle-ci doit chercher des solutions en elle-même et tirer les leçons de sa propre expérience. Telles ont été les premières déclarations des participants à la 12e Conférence économique africaine (CEA), lundi, à Addis Abeba, en Éthiopie.

Car c'est là la clé pour libérer le plein potentiel de l'Afrique et la conduire sur la voie de la prospérité, d'après les intervenants de prestige de la Banque africaine de développement (BAD), de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les trois organisations se sont dites disposées à soutenir le continent pour poursuivre son programme visant à instaurer des États démocratiques plus forts et une transformation structurelle rapide qui ait des retombées positives sur le développement humain.

Dans son allocution d'ouverture, Hailemariam Desalegn, le Premier ministre de la République fédérale de l'Éthiopie, a prôné l'émergence d'États démocratiques forts, qui fassent preuve d'une tolérance zéro face à la corruption et de systèmes qui favorisent le partage des richesses.

« Des conférences comme celle-ci sont importantes pour tirer les leçons des expériences et s'adapter aux conditions socioéconomiques spécifiques à chacun des pays. Il n'y pas un modèle de politique particulier qui fonctionnerait partout », a-t-il souligné.

La secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, a appelé les dirigeants, les économistes et les décideurs à « porter leur regard au-delà des indicateurs standards de bonne gouvernance ».

« Il y a un consensus croissant autour du fait que les pays africains ont besoin d'un cadre de gouvernance plus propice pour être en mesure de conduire de meilleures politiques publiques et d'obtenir, à terme, de meilleurs résultats, notamment en matière de transformation structurelle et de développement inclusif », a-t-elle déclaré.

Célestin Monga, vice-président de la Banque africaine de développement chargé de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances, a appelé à mettre davantage l'accent sur la réponse à apporter aux pertes économiques dues à l'inefficacité des institutions et à l'incompétence.

Et l'économiste en chef de la Banque africaine de développement d'insister sur la façon dont la corruption met en danger la croissance économique, avant de souligner les coûts cachés induits par le déficit d'institutions fortes, tout en faisant ressortir combien il est difficile d'y remédier quand les gens ont faim.

« Une grande partie du travail sur la gouvernance n'a pas été très utile à l'Afrique, parce qu'elle est souvent perçue comme une condition préalable », a-t-il poursuivi. « Nous ne pouvons pas attendre d'un pays dont le PIB s'élève à 300 dollars américains par habitant qu'il ait le même système de gouvernance qu'un pays au PIB de 78 000 dollars par habitant. Vous ne pouvez pas comparer le Burundi à la Suisse ».

C'est la raison pour laquelle la BAD est en train de repenser la gouvernance en Afrique, a indiqué monsieur Monga, en ajoutant que la bonne gouvernance est aussi une question d'apprentissage.

Les experts en sont convenus : si elle a enregistré des progrès, en général, dans le domaine de la gouvernance, et en particulier en matière de développement humain et de participation politique, l'Afrique affiche une performance encore à la traine des autres régions du monde, ce qui entrave une réorientation efficace de ses activités économiques.

« Le maintien d'une croissance de 5 % devrait être vu comme un développement positif. Il y a eu des revers, mais l'Afrique parvient peu à peu à une bonne gouvernance », a déclaré Lamin M. Manneh, directeur du Centre de services régional du PNUD pour l'Afrique, qui s'exprimait au nom d'Abdoulaye Mar Dièye, secrétaire général adjoint des Nations unies et directeur du Bureau régional du PNUD pour l'Afrique.

Organisée conjointement par la Banque africaine de développement (BAD), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) sur le thème « Mettre la gouvernance au service de la transformation structurelle », la conférence est axée, cette année, sur la concrétisation de la transformation structurelle en Afrique, en mettant l'accent sur le développement de la gouvernance. Quelques 500 chercheurs, décideurs et acteurs du développement ont assisté à la première journée de la conférence.

La conférence est aussi l'occasion, pour les participants, d'évaluer l'impact des stratégies de gouvernance politique et économique appliquées aujourd'hui sur la transformation économique, la pauvreté, les inégalités et le développement humain en Afrique.

Dans son discours liminaire, Richard Joseph, professeur de l'Université Northwestern a souligné pourquoi les décisions politiques audacieuses doivent venir de l'Afrique elle-même : « En Afrique, le temps est venu d'instaurer une certaine autonomie dans l'approche des questions politiques », a-t-il dit.

Lors de la CEA, sont présentés en détails les travaux de recherches axés sur les politiques, émanant d'universitaires et de chercheurs de renom ou en devenir, d'Afrique et d'ailleurs, qui débattent et recommandent des choix de politiques portant sur la façon dont la gouvernance en Afrique peut mieux soutenir la transformation structurelle du continent.

Pour plus d'informations sur la Conférence économique africaine : www.afdb.org/aec

Hashtag officiel : #AEC2017

Suivez-nous sur Twitter : @AfDB_Group, @ECA_OFFICIAL, @UNDPAfrica, @UNDPEthiopia

Contacts pour les médias :

BAD (Addis Abeba) : Chawki Chahed, +251 90 413 9109

CEA (Addis Abeba) : Mercy Wambui, +251 92 10 14 767

CEA (Addis Abeba) : Sophia Denekew

PNUD (Addis Abeba) : Martha Mogus, +251 11 5 44 43 18

PNUD (New York) : Lamine Bal, +1 212 906 5937

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigéria (FSN). Présente sur le terrain dans 37 pays africains et bénéficiant d'un bureau extérieur au Japon, la BAD contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres de la région.

Site Internet : http://www.afdb.org/fr/

À propos de la CEA

La Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, qui a son siège à Addis-Abeba, en Éthiopie, a été créée en 1958. Elle a pour mandat de promouvoir le développement économique et social de ses États membres, de favoriser l'intégration intra-régionale, et de promouvoir la coopération internationale en faveur du développement de l'Afrique.

Site Internet : https://www.uneca.org/fr

À propos du PNUD

Le PNUD forge des partenariats à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations résilientes, afin de mener à bien une croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Présents dans 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et des connaissances locales au service des peuples et des nations. http://www.undp.org/content/undp/fr/home.html

Copyright © 2017 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.