5 Décembre 2017

Burkina Faso: Vice-secrétariat général de l'UIT - Brahima Sanou, le candidat qui veut «donner un visage humain aux TIC»

Brahima Sanou dont la candidature a été endossée en juillet dernier par l'Union africaine, est également assuré du soutien de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Il a été présenté au Groupe africain au niveau des ambassadeurs et au Groupe des ambassadeurs francophones. Ce fut l'occasion pour le candidat de livrer aux personnalités présentes, sa vision qui est de remettre l'homme au centre de l'évolution de la technologie.

«Je suis candidat au poste de Vice-Secrétaire général de l'UIT en ce moment précis de l'histoire de l'humanité et de l'économie numérique où nous devons revisiter notre rapport à la technologie avec l'émergence des megadonnées où vos données personnelles sont devenues des marchandises, de l'internet des objets où tous les objets seront connectés et l'intelligence artificielle qui prendra des décisions qui jusqu'à présents étaient prises par les hommes», a déclaré le candidat du Burkina et de l'Union africaine.

Et le moins que l'on puisse dire est que Brahima Sanou sait de quoi il parle. L'homme évolue depuis plus de 35 ans dans le secteur des télécommunications et depuis 2010, il occupe le poste de directeur du Bureau de développement des télécommunications(BDT) de l'UIT. «Une expérience unique de travail sur le terrain qui, selon l'Ambassadeur Représentant permanent-adjoint, Chargé d'affaires a.i, Seydou Sinka, lui confère les atouts nécessaires pour faire appréhender les opportunités des TIC aux pays membres de l'UIT en général et aux pays africains en particulier».

En novembre 2017, Brahima Sanou a reçu le prestigieux «Prix du Leader Africain de l'Année» en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au développement.

«Brahima Sanou, a déclaré l'Ambassadeur Seydou Sinka, incarne la vision, l'engagement, l'énergie et l'enthousiasme indispensables à la mise en œuvre des solutions TIC pour le développement durable».

De fait, le candidat de l'Union africaine ambitionne d'accélérer l'atteinte des objectifs de développement durable en matière de santé, d'éducation, d'autonomisation des femmes ou d'emploi pour les jeunes.

«En d'autres termes, a-t-il indiqué, ma vision est de donner un visage humain aux TIC, par exemple en transformant le sac d'écolier en tablette ou smartphone enfin de donner à un enfant né au Burkina Faso, en Zambie, à Djibouti ou à Sao Tome et Principe, les mêmes chances dans la vie qu'un enfant né en France, aux Etats-Unis ou au Japon».

Et pour y parvenir, Brahima Sanou entend promouvoir la mise en place d'une infrastructure des TIC en large bande fiable et sécurisée et surtout l'utilisation des TIC pour le développement. Pour le reste, le candidat de l'Union africaine sait compter sur le génie inné des Africains.

Action et obligation de résultat

«En ce qui concerne les TIC, c'est tout simplement le cerveau humain et ça c'est la chose la mieux partagée. Et je pense que nous avons beaucoup d'atouts dans ce domaine. Parce que nous sommes intelligents en Afrique par nécessité.

Nous sommes obligés d'inventer beaucoup de choses et si on mise sur les TIC, cette créativité peut nous faire avancer très loin et aussi contribuer à la paix mondiale», explique t-il.

Déjà en tant que Directeur du BDT, Brahima Sanou avait initié la coopération avec l'UNESCO en co-organisant un forum entre le secteur des TIC et le secteur de l'éducation pendant la Semaine de l'apprentissage mobile.

En 2016, Nous avons co-organisé avec l'OMS une table ronde interministérielle entre les ministres des TIC et les Ministres de la santé. Les deux organisations travaillent ensemble sur le programme Be Mobile- Be Healthy sur les maladies non transmissibles tel que le diabète, et le cancer.

Le directeur du BDT vient de signer avec la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Dr. Matshidiso R. Moeti, un programme commun de 10 millions de dollars pour promouvoir la couverture sanitaire universelle en Afrique en utilisant les TIC. Brahima Sanou a aussi initié la coopération avec la FAO avec laquelle un toolkit de mise en place d'une stratégie de e-agriculture a été co-publié.

Last but not least, un ambitieux programme de formation en compétences digitales de 5 millions de jeunes d'ici 2030, initié en collaboration avec le BIT. « Ce programme me tient particulièrement à cœur car il est estimé que dans un future proche, 95% des emplois décents vont requérir des compétences digitales.

Ce programme est pour moi un point d'encrage pour repositionner la main d'œuvre des pays en développement et contribuer à la paix mondiale », a indiqué le candidat africain..

Ce poste de Vice-secrétaire général de l'UIT sera donc un tremplin pour parachever, avec des coudées plus franches, des actions initiées a l'échelon inférieur.

Et tout cela, Brahima Sanou en a fait le serment, dans la transparence, l'équité, le mulitculturalisme, le multilinguisme et la concertation permanente. Volonté d'agir et obligation de résultat, seront les maître-mots du mandat du candidat de l'Union africaine.

Le Groupe des Ambassadeurs africains par la voix de soncoordonnateur a rassuré le candidat quant à son soutien. «La candidature a été endossée par les Chefs d'État. Nous ne pouvons avoir une autre position que nos Chefs d'États», a-t-il affirmé, invitant Brahima Sanou à «travailler pour la cause africaine».

Burkina Faso

Le G5 Sahel, une force régionale en construction

Emmanuel Macron, Angela Merkel et cinq chefs d'Etat des pays de l'Afrique sahélienne se retrouvent près de… Plus »

Copyright © 2017 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.