5 Décembre 2017

Burundi: « Syndrome de Ngagara » - Quand les enfants refusent de vieillir sous le toit de leurs parents

À Bujumbura, comme ailleurs dans les centres urbains du pays, certains jeunes gens quittent la maison familiale et vont vivre en colocation avec leurs amis. Une autre manière d'apprendre à affronter la vie et sortir du giron des parents. Pourtant, ce choix n'est pas du tout facile car la société burundaise le voit toujours d'un très mauvais œil.

Ils ont entre 20 et 30 ans. Ils sont dynamiques et ont décidé de voler de leurs propres ailes. Ils s'organisent à trois ou à quatre, louent une maison et fondent une sorte de « ménage ». Malheureusement, aller vivre sous un autre toit (quand ce n'est pas pour se marier) n'est pas du goût de la plupart des parents burundais.

Apollinaire Bukuru (pseudo) est un père de famille qui vit dans la commune Muha. Pour lui, il est hors de question que son enfant aille vivre en dehors de l'enclos familial si ce n'est pas pour fonder son propre foyer. Il s'explique : « En fait, lorsqu'un jeune homme est dans la vingtaine, sa personnalité se forge encore.

Du coup, il est exposé à plusieurs influences parfois mauvaises comme la consommation des drogues, le libertinage sexuel, etc. En plus, le jeune homme en question a encore les stigmates de l'adolescence. Ce qui fait qu'il a un goût aiguisé du risque, il a toujours envie de connaître ses limites. »

Pour cet homme entre deux-âges, la tradition appuie son argumentation : dans le Burundi ancien, lorsqu'un parent voyait que son fils atteignait l'âge adulte, il lui faisait construire une maisonnette à l'intérieur de l'enclos familial et non en dehors de celui-ci.

Ceci pour dire que le parent devait garder un œil sur son fils pour s'assurer que les valeurs traditionnelles qui lui ont été transmises étaient respectées et appliquées.

L'autre raison qui pousse la famille à ne pas laisser leur progéniture aller « galérer » avec ses copains est l'aspect financier. « Admettons que le garçon ait un revenu-ce qui n'est pas évident ces temps-ci. Il ne serait pas mauvais de faire des économies pour son futur foyer tout en profitant de la chaleur familiale», tranche Bukuru.

Un frein au développement personnel

Junior Muhizi a moins de 30 ans et vit en commune Ntahangwa avec ses amis. Il a quitté le toit familial pour tenter une aventure en solo. Il partage son expérience : « Lorsque j'ai quitté la maison, j'avais un drôle de sentiment.

J'étais à la fois excité et pétrifié à l'idée de devoir tout gérer, seul. J'avais peur d'échouer, me dire que j'ai été trop ambitieux et l'idée de vivre avec des inconnus me paraissait inimaginable voire impossible.

Aujourd'hui je peux dire que j'ai réussi parce que j'ai appris beaucoup de leçons de la vie, la sociabilité, la tolérance. Et plus tu rencontres des problèmes que tu dois surmonter seul, plus tu développes ton raisonnement et plus tu apprends à t'en sortir rapidement!»

Pour lui, les parents comme M. Bukuru doivent apprendre à desserrer l'étau : « En pensant vouloir faire du bien à votre enfant, vous provoquez le contraire de l'effet escompté.

Le pauvre atteint la quarantaine avec une seule idée en tête : on a tout chez nous, il n'y a pas besoin de se prendre la tête ! Le phénomène est courant à Bujumbura et a même un nom : le syndrome de Ngagara !».

Quant à moi, je vous dirais de laisser ce gars aller à la découverte du monde s'il estime que les conditions sont réunies. Il survivra. Et je dis bien « gars », parce que si j'avais parlé de filles, connaissant notre société, je ne serai pas étonné d'apprendre que quelqu'un veut m'intenter un procès pour incitation à la débauche.

Burundi

Comment l'emploi des jeunes burundais peut booster l'économie

Dans le cadre d'une compétition en écriture organisée par la Banque mondiale sur le thème… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.