5 Décembre 2017

Afrique: 4 enfants sur 5 vivant avec le VIH ne reçoivent pas de traitement, selon l'UNICEF

Photo: Photo: UNICEF / Phelps
Photo d'archives

Plus de quatre décennies après le début de l'épidémie de VIH/sida, quatre enfants sur cinq vivant avec le VIH en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale ne reçoivent toujours pas de traitement antirétroviral et les décès liés au sida chez les adolescents âgés de 15 à 19 ans sont en hausse, selon un nouveau rapport publié mardi par les Nations Unies.

Tout en reconnaissant les progrès accomplis dans plusieurs domaines, le rapport intitulé 'Vers une vie sans sida en Afrique de l'Ouest et Afrique centrale' et publié conjointement par l'UNICEF et l'ONUSIDA, montre que l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale sont à la traîne en matière de prévention, de traitement du VIH et de soins pour les enfants et les adolescents. En 2016, environ 60.000 enfants ont été nouvellement infectés par le VIH dans cette région.

« Il est tragique que tant d'enfants et d'adolescents ne reçoivent pas les traitements dont ils ont besoin, simplement parce qu'ils n'ont pas été testés », a déclaré Marie-Pierre Poirier, Directrice régionale de l'UNICEF pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale.

« Nous devons mieux utiliser les innovations pour améliorer le diagnostic précoce et améliorer l'accès au traitement du VIH et aux soins pour les enfants ».

La couverture par la région des thérapies antirétrovirales chez les enfants vivant avec le VIH est la plus faible au monde car de nombreux pays ont une capacité limitée à effectuer les tests nécessaires au diagnostic précoce du VIH chez les nourrissons.

Sans connaître le statut VIH d'un enfant, sa famille est moins susceptible de rechercher le traitement qui pourrait prévenir la mort d'un enfant à cause de maladies liées au sida.

La situation est pire chez les adolescents. Le nombre annuel de nouvelles infections par le VIH chez les 15-19 ans dans la région dépasse maintenant celui des enfants âgés de 0 à 14 ans. Ces nouvelles infections se produisent principalement par contact sexuel non protégé et chez les adolescentes.

Tout aussi préoccupant, selon le rapport, c'est que l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale ont enregistré une augmentation de 35% du nombre annuel de décès liés au sida parmi les adolescents âgés de 15 à 19 ans - le seul groupe d'âge où les décès ont augmenté entre 2010 et 2016.

Alors que la population des jeunes de la région devrait augmenter considérablement au cours des prochaines décennies, notamment dans des pays comme la République démocratique du Congo et le Nigéria, le nombre d'enfants et d'adolescents étant infectés par le VIH et mourant du sida restera élevé si la réponse au VIH, à la fois la prévention et le traitement, ne s'améliore pas considérablement.

Le rapport souligne que les 24 pays qui composent la région de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique centrale abritent 25% des enfants âgés de 0 à 14 ans vivant avec le VIH dans le monde.

« Les dirigeants de la région ont approuvé un plan de rattrapage visant à tripler le nombre de personnes sous traitement dans la région - y compris les enfants - d'ici à la fin 2018.

Le problème clé est maintenant d'accélérer la mise en œuvre », a déclaré Luiz Loures, Directeur adjoint de l'ONUSIDA.

« Les pays devraient d'urgence mettre en place des stratégies plus efficaces pour le diagnostic précoce du VIH chez les nourrissons, et commencer à réduire les inégalités dans l'accès des enfants au traitement ».

En savoir plus

Conférence VIH - Les enfants souvent laissés pour compte

La 19e édition de la Conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.