6 Décembre 2017

Cameroun: Fonction publique - Plus de 14000 agents menacés de radiation

L'équipe-projet chargée de l'assistance du prestataire du suivi et du contrôle du projet de mise en oeuvre du nouveau système de gestion des ressources humaines de l'Etat et de la solde vient de dresser une liste de 14134 agents publics appelés à clarifier dans l'urgence leur situation administrative.

Ces personnes, qui se recrutent dans tous les corps de la Fonction publique (militaires, greffiers, enseignants de lycées, collèges et écoles normales, universitaires, médecins, infirmiers, etc.), étaient absentes de leur poste de travail lors du passage des missions de contrôle inopinées dépêchées dans les différentes administrations ces dernières semaines par le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative.

Une source proche du dossier confie qu'au ministère de la Santé publique, où l'on recense le plus grand nombre de fonctionnaires fantômes après celui des Enseignements secondaires, des demandes d'explications ont été adressées aux absentéistes, et ceux-ci avaient jusqu'au vendredi 1er décembre dernier pour répondre.

Selon les informations de Mutations, bien qu'ils continuent d'émarger dans les caisses de l'Etat, certains agents publics dont il est question travaillent à temps plein soit dans des structures privées qui leur offrent une meilleure rémunération, soit à l'étranger.

Les directions des ressources humaines des différentes administrations sont à pied d'oeuvre depuis une semaine et doivent faire parvenir à qui de droit les fiches de présence effective au poste pour ceux des fonctionnaires dont les noms se retrouvent accidentellement sur la liste à problème.

Sigipes II

De sources bien informées, une réunion du comité de pilotage du Système informatique de gestion des personnels de l'Etat et de la solde de deuxième génération (Sigipes II) va se tenir du 19 au 22 décembre prochain à Yaoundé. A l'issue des travaux de cette instance que préside le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Michel Ange Angouing, des mises en demeure devraient être servies aux personnes qui n'auront pas régularisé leur situation administrative d'ici à là.

Cette étape sera suivie de leur suspension, sans compter la non-reconduction de leurs données administratives dans le fameux Sigipes II lancé depuis 2013, et dont la mise en oeuvre connaît beaucoup de secousses.

Cette nouvelle liste des agents publics invités à clarifier leur situation administrative est bien plus importante que celle dressée en août 2015 par le Minfopra. Celle-ci concernait les agents fictifs de l'Etat, au nombre de 10377. Dans un rapport publié en 2014, le Fonds monétaire international (Fmi) faisait savoir que, entre 2006 et 2012, le nombre de fonctionnaires et agents publics était passé de 167 000 à 250 000, soit une progression de 6,9 % par an.

Pour la seule année 2017 qui s'achève, une enveloppe de 998,5 milliards Fcfa a été prévue pour supporter la masse salariale de l'Etat. Un budget en augmentation de 43,3 milliards Fcfa par rapport à 2016. Et admettre aujourd'hui que pas moins de 14134 personnes continueraient à émarger indûment dans les caisses de l'Etat, cela remet sérieusement en cause l'efficacité tant vantée du Sigipes II.

Cameroun

La garde à vue de l'écrivain Patrice Nganang prolongée de 48 heures

Au Cameroun, la garde à vue de l'écrivain Patrice Nganang a été prolongée de 48… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.