6 Décembre 2017

Cameroun: Brexit - ça coince

L'Union européenne et le Royaume-Uni n'arrivent toujours pas à trouver un accord pour boucler la première partie des négociations.

Le déjeuner de travail organisé lundi à Bruxelles en Belgique entre la Première ministre britannique et le président de la Commission de l'Union européenne s'est soldé par un échec.

Aucun accord n'a pu être trouvé entre Theresa May et Jean-Claude Juncker. L'échange entre les deux personnalités était très attendu, d'autant plus qu'il devait permettre de fixer les modalités de la séparation finale. Principale pomme de discorde : la délimitation de la future frontière entre les deux Irlande.

Dans sa position, Londres reste intransigeante sur le fait qu'il ne faut pas rétablir d'obstacle physique avec l'Irlande du Nord.

En clair, que Belfast, capitale d'Irlande du Nord, favorable au maintien au sein de l'Union européenne, conserve des réglementations semblables au marché commun et de l'union douanière pour pouvoir sauvegarder la libre circulation entre les deux parties de l'Irlande. De son côté, Bruxelles épouse la position nord-irlandaise et n'entend pas lâcher du lest non plus.

Les trois dossiers prioritaires, à savoir : le règlement financier, les droits des citoyens et la question irlandaise constituent donc les principaux points d'achoppement des discussions.

Dans les deux parties, l'on est conscient qu'il faudra encore s'armer de patience avant de parvenir au divorce proprement dit, prévu fin 2019. «Malgré nos meilleurs efforts, il n'a pas été possible d'arriver à un accord complet aujourd'hui», a déclaré Jean-Claude Juncker.

Quelques différences demeurent qui demandent davantage de négociations et de consultation», a reconnu de son côté Theresa May. Mais au sein de l'Union, tous les espoirs ne semblent pas encore perdus d'autant plus que la Première ministre britannique devra retourner à Bruxelles le 15 décembre prochain pour un sommet européen où un accord devrait être trouvé.

Pour sa part, Theresa May a d'ores et déjà annoncé un «hard Brexit» marqué par une rupture «claire et nette avec l'UE», une sortie complète du marché unique et la fin de la libre circulation des personnes.

Mais, elle reste confrontée à l'hostilité des partis nationalistes en Irlande du Nord, qui restent favorables au rattachement à l'Union européenne.

En rappel, lors du référendum sur le Brexit organisé le 23 juin 2016, le «remain» l'a emporté à 56% dans cette partie du Royaume-Uni.

Cameroun

Mise en place de la couverture santé universelle - Il faut trouver 1300 milliards de F

C'est le montant estimé et validé par le ministre de la Santé publique André Mama Fouda… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.