6 Décembre 2017

Cote d'Ivoire: Après 16 jours d'activisme/Mariatou Koné - « Que chacun s'engage fermement contre le mariage des enfants »

« Le mariage des enfants, en Côte d'Ivoire ! Plus jamais ça ! », est indigné la ministre Mariatou Koné.

Débutée par une marche sportive le 25 novembre 2017, la campagne des 16 jours d'activisme contre les violences faites aux femmes a été officiellement lancée ce jeudi. Le thème retenu pour la 27ième édition est : « Mariage des enfants, agissons ensemble maintenant pour y mettre fin ».

Devant associations et Organisation non gouvernementale (Ong) défendant les droits des femmes et des enfants, le système des Nations Unies, la ministre en charge de la Femme, de la protection des Enfants et de la Solidarité (Mfpes), le Professeur Mariatou Koné a dit l'engagement du Gouvernement. Et surtout celui du Chef de l'Etat à lutter efficacement contre les violences basées sur le genre. « En procédant en ce lancement ce jour, la Côte d'Ivoire s'engage à mettre fin au mariage des enfants (... ) Aujourd'hui, des adolescentes à peine âgées de 12 à 13 ans sont en union conjugale dans nos villes, nos villages et nos campagnes (... ) C'est pourquoi, nous devons tous nous mobiliser pour y mettre fin. Que chacun s'engage ouvertement et fermement dans la lutte contre le mariage des enfants en Côte d'Ivoire », a-t-elle exhorté.

A cet appel, s'en est joint le parlement des enfants, qui a plaidé pour que les adultes s'engagent à laisser les enfants grandir et prendre le chemin de l'école. « Dès leur bas âge, elles rêvent de devenir médecins, enseignantes, sages-femmes, députés, ministres... Malheureusement pour beaucoup d'entre elles (Ndlr : les filles) ces rêves ne connaitront pas un début de réalisation. Cela à cause de l'existence de certaines pratiques telles que le mariage d'enfant », a fustigé Linda Kouassi, la représentante du Parlement des enfants. Avant de dire haut et fort : « qu'on ne peut pas faire le bonheur des filles sans leur consentement, en les mariant, en plus avec la force... le parlement des enfants de Côte d'Ivoire tient à dire à haute voix que le mariage n'est pas un jeu d'enfants ».

Cette cérémonie a enregistré la participation d'une forte délégation des agences du système des Nations Unies conduite par la représentante résidente du Fonda des Nations Unies pour la Population (Fnuap) Madame Argentina Matavel qui a lu un message de soutien dudit système.

Peu avant, la représentante de l'Union africaine, Maya Makala s'est dite heureuse que la Côte d'Ivoire se joigne à la campagne de lutte contre le mariage des enfants complétant ainsi à 22 le nombre de pays africain à s'y inscrire. « Près de 30% des pays ayants lancé la campagne au niveau national ont également renforcé et mis en place des lois et des règlements pour protéger la petite fille.

Par ailleurs, cite-t-elle, « le Malawi, le Zimbabwe, le Sénégal et la Gambie se sont fortement prononcés sur le plan juridique en criminalisant le mariage des enfants ». La Côte d'Ivoire, assure la ministre Mariatou Koné, s'évertuera à venir à bout du phénomène d'ici à 2020. « Le Mariage des Enfants, plus jamais ça en Côte d'Ivoire, ça suffit », a-t-elle alerté.

Source : Mfpes

Cote d'Ivoire

Surveillance du marché - 100 missions effectuées en dix mois

Le ministère du Commerce a fait le point sur ses activés. Il est satisfait du ravitaillement en produits,… Plus »

Copyright © 2017 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.