7 Décembre 2017

Tunisie: L'ambassadeur de l'UE évoque un plan de sortie de crise

«Aurait-on pu travailler plus rapidement et est-ce qu'une meilleure coordination entre les autorités tunisiennes et les services de l'UE aurait pu empêcher de mettre la Tunisie sur la liste des 17 derniers pays qui n'ont pas donné des éléments de réponse dans les délais fixés (17 novembre 2017) ?», s'est interrogé le diplomate, qualifiant cette situation de «regrettable».

Dans une déclaration à la Radio nationale tunisienne, il a estimé que les choses vont changer, d'autant plus que la Tunisie est appelée à apporter des éléments de réponse qui concernent ces deux points précis, à savoir la transparence fiscale et l'équité fiscale.

«Nous avons déjà un plan de sortie de crise», a indiqué Bergamini, annonçant qu'il s'entretiendra, jeudi matin, avec le Chef du gouvernement Youssef Chahed et convoquera, la même matinée, ses collègues les 28 ambassadeurs des pays de l'UE, pour discuter des moyens à même de «corriger cette situation».

«L'après-midi, je m'entretiendrai avec le ministre tunisien des Finances, Ridha Chalghoum, sur les moyens à même de permettre à la Tunisie de réparer cette situation», a-t-il dit, ajoutant que cette liste peut être modifiée. «Les ministres de l'UE devront se réunir le 23 janvier 2018», a-t-il encore fait savoir.

Pour le diplomate européen, «la Tunisie devrait être parmi les pays qui se sont engagés à travailler selon des critères internationaux visant à garantir la transparence». «Il manque encore des éléments de réponse à ces deux points que sont la transparence fiscale et l'équité fiscale et la Tunisie devrait faire partie des 47 pays qui ont pris des engagements concernant la garantie de la transparence et la lutte contre l'évasion fiscale», a-t-il précisé.

A rappeler que la Tunisie a exprimé, mardi, son refus de «toute interférence dans sa politique fiscale de la part de qui que ce soit», tout en assurant qu'elle ne «sera, en aucune façon, un paradis fiscal».

Une source gouvernementale a déclaré, à l'agence TAP, que la Tunisie a reçu une demande de la part de l'Union européenne (UE) de suspendre les avantages fiscaux accordés aux sociétés totalement exportatrices (offshore).

«La Tunisie s'est déclarée déterminée, dans une correspondance adressée à l'UE, à continuer d'octroyer ces avantages afin de préserver le tissu industriel et la pérennité des postes d'emploi», a précisé la même source.

Et d'ajouter que cette demande faite par l'UE s'inscrit dans le cadre de la campagne menée par nombre de pays européens, en vue de freiner la délocalisation de leurs sociétés industrielles en Tunisie.

Tunisie

Trois décès causés par le virus H1N1

«Nous n'en sommes pas encore au stade d'épidémie, explique le Dr Amine Slim, responsable de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.