6 Décembre 2017

Afrique: Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël - Il a donc osé franchir le... Jourdain

opinion

Il a donc franchi le Rubicon ! Que disons-nous, le Jourdain. Jusqu'au dernier moment on avait pensé que c'était un gros canular et qu'il n'oserait pas. Et pourtant, il l'a fait, il a osé. Le président américain a en effet décidé hier de transférer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, mettant ainsi fin à un statu quo vieux de 70 ans.

Après le plan de partage de la Palestine décidé en 1947 et qui avait conduit à la création d'un Etat juif, il avait décidé que la ville trois fois sainte (pour les chrétiens, les juifs et les musulmans) ferait l'objet d'un statut particulier ; obligeant Israël à choisir Tel-Aviv comme nouvelle capitale. C'est ce modus vivendi vieux de sept décennies que Donald Trump vient de liquider malgré les mises en garde les plus avisées émanant du roi du Maroc, du pape François, du leader de l'autorité palestinienne et même de dirigeants de pays amis d'Israël. Hélas, trois fois hélas ! Le Donald n'en a fait qu'à sa tête.

Si, avec l'érection d'Israël, les Arabes avaient parlé de « Nakba », entendez par là la catastrophe, c'est une autre « Nakba » qui vient d'avoir lieu et dont on redoute les conséquences à très court terme. Car cette reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu est une véritable déclaration de guerre dans une région du monde réputée être une poudrière. Déjà le Fattah a appelé à « trois jours de colère » après la prière vendredi.

Quelle mouche a bien pu piquer l'oncle Donald pour qu'il aille jusqu'à une telle extrémité ? La simple volonté de tenir une promesse électorale en complicité avec le puissant lobby juif ou quelque motivation que ce soit ne vaut pas le coup qu'on sacrifie une paix déjà fragile.

Il y a donc comme une forme de folie et d'irresponsabilité chez le chef de l'exécutif américain dont on se demande parfois s'il maîtrise les enjeux internationaux. Quand bien même les Etats-Unis auraient toujours soutenu leur protégé israélien, ils l'ont toujours fait avec une dose d'intelligence, de realpolitik. Et voici que ce septuagénaire aux cheveux peroxydés sorti d'on ne sait quelle planète, parachuté de sa Trump Tower dont il n'aurait jamais dû descendre, vient de briser un tabou et de rompre un consensus qui, même fragile, avait au moins le mérite d'exister.

Au nom de la paix, ce président doit partir avant de commettre des dégâts plus désastreux.

Maintenant que le sort en est jeté, on ne peut que redouter les terribles conséquences de cet acte déraisonnable non seulement dans la zone de conflit mais aussi sur le sol américain où plus que jamais il faut craindre des actes terroristes. Au demeurant, on peut penser tout ce qu'on veut de la nébuleuse, mais c'est ce genre d'attitude irresponsable qui fait le lit de l'international terroriste et rend populaires des gens comme Oussama Ben Laden.

En réalité, Trump n'a jamais fait mystère de son islamophobie à peine continue. Pas plus tard que la semaine dernière, il a relayé sur son compte Twitter une vidéo islamophobe montée de toutes pièces par un parti d'extrême droite britannique.

Mais si seulement l'illuminé de Pennsylvania avenue pouvait être visité par la sagesse et la raison et reconsidérer sa position avant sa mise en œuvre concrète avant qu'il ne soit trop tard !

Afrique

Conférences de l'Omc à Buenos Aires - Roberto Azevedo déçu des résultats obtenus

La onzième conférence des 164 ministres des Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce (Omc) n'a… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.