7 Décembre 2017

Afrique du Sud: Pétrole bloqué en Inde - Deux cargaisons des Seychelles et de l'Afrique du Sud attendues

La State Trading Corporation (STC) déploie les grandes manœuvres. En attendant la cargaison de 40 000 tonnes de carburant en provenance de l'Arabie saoudite, la compagnie a décidé de faire appel aux pays amis de la région.

Ainsi, deux autres cargaisons de carburant, avoisinant les 1 500 à 2 000 tonnes chacune, sont attendues des Seychelles et de l'Afrique du Sud. Elles sont déjà en route et devraient arriver au port pendant le week-end.

À la STC, on explique cette manœuvre comme une mesure de sécurité pour garantir un stock suffisant de carburant durant la période festive. «Nous avons déjà un stock de carburant qui peut aller au-delà du 14 décembre», rassure un haut cadre de la STC. «Afin d'éviter les mauvaises surprises durant le trajet de Djedda à Maurice, nous avons opté pour des cargaisons venant de pays avoisinants. De toute façon, les cargaisons que nous sommes en train d'importer seront très utiles durant la période festive.»

Le haut cadre devait expliquer que les négociations se déroulent également avec les compagnies pétrolières qui sont représentées à Maurice. Celles-ci se montrent très coopératives, indique-t-il. Et d'ajouter qu'il se réjouit du fait que la cargaison d'Arabie saoudite devrait arriver plus tôt que l'arrivée initiale du Pacific Diamond.

Cette décision intervient suivant l'ordre intérimaire émis le 30 novembre par la Haute Cour de Karnataka, interdisant au New Mangalore Port de donner son clearance pour permettre au navire libérien, Pacific Diamond, de mettre le cap sur Maurice, avec à son bord 40 000 tonnes de carburant. L'affaire a été fixée pour le 11 décembre.

La cargaison qui a été bloquée est composée d'essence, de diesel et de carburant pour avion (Jet A1 fuels). En raison de cette affaire portée devant la Haute Cour de Karnataka, la STC ne souhaite pas dévoiler les arrangements concernant le prix du carburant acheté avec les Seychelles et l'Afrique du Sud. La compagnie soutient que le prix d'achat est comparable à celui pratiqué par le fournisseur habituel de carburant, en l'occurrence la Mangalore Refinery and Petrochemicals Ltd.

Au cas où le jugement de la Haute Cour de Karnataka ne serait pas en faveur de la STC, on laisse entendre que les mêmes arrangements pourraient se répéter avec d'autres fournisseurs de carburant jusqu'à ce que la situation se décante. Au niveau des stations-service, on insiste sur le fait que malgré la situation, il n'y a pas de rush chez les revendeurs. «Je n'ai pas constaté de plein inhabituel», déclare Bhanoo Seegoolam, un membre actif de la Petrol Retailers Association.

Afrique du Sud

Opération séduction pour Cyril Ramaphosa avant le congrès de l'ANC

A une semaine du Congrès de l'ANC en Afrique du Sud, deux favoris se détachent pour prendre la direction… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.