7 Décembre 2017

Ile Maurice: Déclaration des avoirs - Y a-t-il la volonté politique ?

Les politiciens disent tous le vouloir, mais personne n'a pourtant réussi à le faire.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a, toutefois, annoncé récemment que le New Declaration of Assets Bill sera une réalité avant la fin de son mandat et qu'un comité ministériel a déjà soumis son rapport. Déclaration qui fait réagir.

«Cette loi est fondamentale si nous voulons que nos électeurs croient en nous. De nombreux pays le font déjà. Nous avons déjà des coffres-forts et un Sun Trust qui ne fait que diminuer la confiance de la population en la classe politique», dit Aadil Ameer Meea, auteur de la question parlementaire à ce sujet, mardi. Actuellement, les parlementaires déclarent déjà leurs avoirs à la commission anticorruption. Or, selon le député mauve, ces informations ne sont pas par la suite vérifiées. «Tous les membres du Mouvement militant mauricien sont en faveur de ce projet de loi et nous n'avons rien à cacher.»

Leurs propositions ? Que la définition du terme «assets» soit revue, incluant les biens à l'étranger, l'or, les actions en Bourse, entre autres. Aadil Ameer Meea propose aussi que cette loi puisse inclure les hauts fonctionnaires des ministères et des corps parapublics. Il faut, ajoute-t-il, que les peines soient sévères pour ceux qui tenteront de passer entre les mailles du filet.

«Ce sera un test pour les politiciens. J'ai toutefois des doutes sur la réalisation de ce projet, le gouvernement n'a pas la motivation.» Mais pourquoi le parti mauve n'a-t-il pas réalisé ce projet alors qu'il était au pouvoir entre 2000 et 2005? «Nous voulions le faire, il y avait même le rapport Sachs sur la réforme électorale qui incluait la déclaration des avoirs. Mais le MSM a empêché la concrétisation du projet», ajoute Aadil Ameer Meea.

Quid du Parti travailliste (PTr) ? «Nous avions commandé un rapport, mais nous n'avions pas la majorité nécessaire pour amender la Constitution et aller de l'avant avec ce projet», dit le chef de file des Rouges au Parlement, Shakeel Mohamed. Ce dernier maintient toutefois que tous les membres du PTr sont en faveur de la déclaration des avoirs. «Il faudra que la famille du politicien s'implique. Ça ne marchera pas si l'époux ou l'épouse, les enfants ou les frères et sœurs des politiciens ne déclarent pas leurs avoirs aussi.»

Si la déclaration des avoirs des politiciens est normale pour des élus, sollicités par l'express, un avocat ne voit pas pourquoi la liste devrait être rendue publique. «Il faut garder en tête qu'il y aura toujours des prête-noms, sans compter les autres moyens de cacher ses avoirs. Cette mesure encouragera la transparence, mais je suis partagé quant à la proposition de rendre la liste publique», dit-il. En attendant que cette loi devienne réalité, les politiciens devraient donc commencer à mettre de l'ordre dans leurs affaires.

Ile Maurice

#18 - Place au duel opposant Jack Bizlall à Tania Diolle

Les principaux candidats de la partielle du #18 défileront toute la semaine au cœur de la rédaction… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.