7 Décembre 2017

Afrique: Un outil innovant de coopération

Tagged:

Le Contexte

En complément de l'initiative en faveur des Pays pauvres et très endettés (PPTE), la France s'est engagée à annuler la totalité de ses créances d'aide publique.

Le Contrat de désendettement et de développement (C2D) est né de l'initiative en faveur des pays pauvres et très endettés, lancée sur proposition de la France en 1996.

Dans un souci de prolonger cette dynamique au-delà du point d'achèvement, la France a décidé en 1999, de créer les contrats de désendettement et de développement.

Ces contrats fixent d'un commun accord un montant de dette à rembourser par le pays bénéficiaire à la France. Chaque remboursement est ensuite directement restitué au pays sous la forme de subventions mobilisables pour l'amélioration des conditions de vie de ses populations.

Les C2D sont des efforts réalisés en équipe créancier et débiteur dans leur lutte contre la pauvreté.

La politique du C2D a été lancée en 2001, concrétisant l'engagement bilatéral de la France d'annuler les dettes des pays ayant atteint le point d'achèvement de l'initiative « Pays pauvres très endettés» (PPTE).

Ce mécanisme de refinancement par dons des échéances remboursées dans le cadre de contrats de C2D couvre un montant total de dette supérieur à 5 milliards d'euros ;

A ce jour, une trentaine de pays de cette forme d'aide innovante, ciblée et consensuelle. Parmi eux, le Cameroun figure en bonne place. Son premier C2D a été signé le 22 juin 2006. On note qu'il constitue à la fois un modèle et une référence en Afrique sub-saharienne, au regard des résultats atteints.

Par ailleurs, l'on observe que le C2D est le plus important programme d'annulation et de reconversion de dette extérieure mis en place par la France. Grâce à ce mécanisme innovant, le Cameroun investit pour son développement.

Les projets à financer sont établis selon les priorités du Document de stratégie pour la croissance l'emploi (DSCE) avec pour objectif d'améliorer durablement le quotidien des camerounais et de participer vers l'émergence 2035.

L'évaluation faite hier à Yaoundé, par le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey et l'ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibault, en présence du ministre de la Communication, Issa Tchoroma Bakaky a permis de faire le point sur ce qui a été fait 10 dernières années et de parler des perspectives.

Afrique

Festival MIA - Djoson Philosophe note une prestation réussie

L'orchestre Super nkolo mboka de Djoson philosophe a représenté le Congo et l'Afrique centrale à la… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.