8 Décembre 2017

Burkina Faso: L'opposition dépose une plainte contre Simon Compaoré

«Le Chef de file de l'Opposition politique (CFOP) informe les citoyens burkinabè qu'il a déposé une plainte contre Monsieur Simon COMPAORE, actuel ministre de la sécurité du Burkina Faso, pour détention illégale d'arme à feu.

Ladite plainte a été adressée par les soins du Cabinet d'avocats FARAMA et Associé à Madame le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, le 04 décembre 2017 sous le bordereau de transmission numéro 4710P.

En rappel, le 24 octobre 2017, le CFOP, M. Zéphirin DIABRE, recevait dans sa boite électronique une vidéo montrant Monsieur Simon COMPAORE vêtu d'un gilet blanc qui pourrait bien être un gilet-par-balles, et portant une arme à feu qui présente toutes les apparences d'un fusil de type Kalachnikov.

La vidéo présente Monsieur Simon COMPAORE tenant à l'égard de Monsieur Zéphirin DIABRE, des propos insinuant son implication dans une supposée agression planifiée contre la famille du député Ladji COULIBALY.

Monsieur Zéphirin DIABRE et l'Opposition politique burkinabè considèrent que ces agissements de Simon COMPAORE sont contraires aux lois et règlements en vigueur au Burkina Faso. En effet, aucun Burkinabè (fut-il ministre) ne peut, sans autorisation légalement requise, détenir une arme à feu, de surcroit une arme de guerre.

Ces agissements constituent une infraction punie par la loi pénale, notamment l'article 537 du Code pénal qui dispose que : « est puni d'un emprisonnement de un à cinq ans et d'une amende de 300.000 à 1.500.000 francs ou de l'une de ces deux peines seulement, quiconque, sans autorisation légalement requise, fabrique, exporte, importe, détient, cède, vend ou achète une arme à feu ou des munitions ».

Monsieur Simon COMPAORE a clairement enfreint aux dispositions de l'article précité, puisqu'il a détenu par devers lui une arme à feu dont il ne pourrait en aucune circonstance disposer d'une autorisation légale de port. En effet, seuls des agents de police, de gendarmerie, des différents corps d'armée habilités, dans la stricte mesure exigée par la protection des personnes et des biens ou la défense de l'intégrité du territoire national, peuvent détenir et porter de façon apparente une arme de guerre.

Du reste, en juillet 2017, face aux Kogl-Wéogo de Gogo, le même Simon COMPAORE avouait qu'il serait arrêté le jour où il serait en possession d'une Kalachnikov.

Le CFOP espère de la justice burkinabè un traitement équitable et diligent de sa plainte contre Monsieur COMPAORE.»

Ouagadougou, le 08 décembre 2017

Le service de communication du Chef de file de l'Opposition politique

<" tabindex="8" onclick="return false;" title="Annuler">Annuler

#" tabindex="8" onclick="return false;" title="Annuler">Annuler

Burkina Faso

CHAN 2018 - Face au Burkina, le Congo-Brazzaville s'assure une place en quarts de finale

Le Congo s'est qualifié pour les quarts de finale en battant le Burkina Faso à Agadir le 20 janvier (2-0).… Plus »

Copyright © 2017 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.