9 Décembre 2017

Congo-Brazzaville: Recherche scientifique - Renforcement des capacités des chercheurs en chimie et en expression

La directrice de la cité scientifique, le Dr Marie Claire Makambila Koubemba, a souligné, le 2 décembre, un bilan positif des chercheurs en expression et en chimie au terme du 7e symposium interne organisé sur différents thèmes de la santé.

L'objectif de la rencontre était de renforcer les capacités du personnel, des techniciens et chercheurs de l'Institut national de recherche en sciences de la santé. Elle a permis aux chercheurs de présenter des sujets et projets afin de démarrer leurs études.

À cette occasion, plusieurs communications ont été suivies parmi lesquelles l'aspect épidémiologique du syndrome de Down à Brazzaville, présentée par Makouma Poaty. Il a indiqué que ce syndrome, encore appelé trisomie 21, est la maladie chromosomique la plus fréquente dans le monde. Au Congo, les données épidémiologiques sont peu connues. L'étude menée a révélé que quatre-vingt-trois syndromes de Down ont été répertoriés dans les services de pédiatrie en néonatologie et soins intensifs du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville sur une période de cinq ans. Le nombre de malformations tout venant est de quatre cent trente. Les arrondissements à forte prédominance masculine sont Makélékélé et Talangaï.

De son côté, Nianga Bikouta a donné la communication sur la sensibilité des Aeds aegypi et Aeds albopictus aux insecticides à Brazzaville. L'orateur a indiqué que les maladies à transmission vectorielle menacent la santé humaine. Ces maladies transmissibles sont responsables de plus de sept cent mille décès dans le monde. L'objectif de l'étude a été d'évaluer la sensibilité d'Aeds aegypti et Aeds albopictus aux différentes insceticides utilisées en santé publique à Brazzaville pour une riposte efficace dans les moindres délais en cas d'apparition d'épidémie. Au Congo, le chikungunya a causé plus de 3 024 cas de décès en 2011. En ce qui concerne la fièvre jaune, un cas a été enregistré en 2017.La discussion a porté sur l'étude sur les maladies émergentes au Congo ; le taux de participation des parties de la plante ; les caractères d'identification des moustiques ; le risque des insecticides utilisées pour les moustiquaires imprégnées.

Le Pr Gombé Mbalawa, pour sa part, a délivré une communication portant sur les statistiques dans la rédaction scientifique : suivie actuarielle comparée des malades atteints de cancer du sein et de l'estomac.

Au cours de ce symposium, le problème du manque de matériel a été également soulevé. Marie Claire Makambila Koubemba a rappelé que cette rencontre devrait être organisée trois fois par année afin d'évaluer tout ce que les chercheurs réalisent.

Congo-Brazzaville

Gouvernement de la République - Quatre ministres interdits de voyager à l'étranger

Il se susurre, dans les allées du pouvoir, que les membres de l'exécutif sont interdits de voyager… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.