9 Décembre 2017

Burkina Faso: 6ème réunion annuelle du partenariat de Ouagadougou - Conakry se penche sur l'autonomisation de la femme et la révolution contraceptive

La Guinée accueille, du 12 au 14 décembre 2017, la 6ème Réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou. Un cadre pour promouvoir la planification familiale dans les 9 pays d'Afrique de l'Ouest francophone où les progrès en contraception sont les plus lents dans le monde.

Accélérer les progrès dans l'utilisation des services de planification familiale en Afrique de l'Ouest. Tel est le principal objectif du Partenariat de Ouagadougou. Une initiative prise en 2011 pour permettre aux femmes résidant dans les 9 pays francophones d'Afrique de l'Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo) d'accéder librement à la contraception. Surtout qu'il est établi que cette région d'Afrique subsaharienne enregistre les taux de prévalence contraceptive les plus bas dans le monde et les Besoins non satisfaits (Bns) en planification familiale les plus élevés.

Depuis que la mise en œuvre de cette stratégie a débuté, des pas importants sont franchis dans le cadre de ce partenariat qui devrait permettre, d'ici à 2020, d'enrôler 2,2 millions de femmes supplémentaires utilisatrices des méthodes modernes de contraception. D'ailleurs, « entre 2012 et 2016, le nombre de femmes sous méthodes contraceptives dans les pays du Partenariat de Ouagadougou est passé de 3.000.000 à 4.720.000, soit une augmentation de près de deux millions de femmes additionnelles », fait-on remarquer dans le communiqué transmis par l'Unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou (Ucpo).

C'est pour s'assurer des réalisations effectuées dans chacun des 9 pays concernés que le Partenariat de Ouagadougou organise une réunion annuelle dans l'un des Etats membres. Cette année, c'est la Guinée qui abrite la sixième rencontre après la Côte d'Ivoire en 2016 et le Bénin en 2015.

Alors qu'à Abidjan les jeunes ont focalisé toutes les attentions autour du thème « Promouvoir la contraception, c'est garantir un meilleur avenir des jeunes », à Conakry, les femmes vont mobiliser tous les regards. Car la thématique retenue est : « L'autonomisation de la femme et la révolution contraceptive ». « Ce thème central présente plusieurs enjeux importants pour le Partenariat de Ouagadougou. Tout d'abord, celui de l'amélioration du statut de la femme et, par ricochet, sa santé, car la planification familiale contribue de 30 % à la réduction de la mortalité maternelle », lit-on dans le document où on mentionne comme deuxième enjeu « la liberté de choix ». Car, estime-t-on, « le développement est un processus d'expansion des libertés qui doit profiter à tous, hommes et femmes ». Quant au troisième enjeu justifiant le thème retenu cette année, il est d'ordre économique, en ce sens qu'il s'agit de reconnaitre que « l'autonomisation de la femme est un atout pour le développement économique ».

Tribune majeure pour débattre des progrès enregistrés depuis le début de la mise en œuvre du Partenariat de Ouagadougou, la réunion de Conakry, qui se déroule du 12 au 14 décembre 2017, est l'occasion pour les 350 participants attendus de passer en revue les réalisations faites dans tous les pays. Il sera aussi question « (... ) de discuter des défis communs comme l'effectivité du partenariat et de la coordination au niveau national et régional, les échanges entre pays, la mise en œuvre des initiatives à hauts impacts visant à soutenir les plans d'action nationaux, de s'accorder sur les perspectives de l'année 2018 afin de consolider les acquis du Partenariat de Ouagadougou et d'améliorer la tendance progressive vers l'atteinte de l'objectif de 2020 ».

Burkina Faso

Internet et démocratie - Les web activistes célèbrent leur grand-messe à Ouaga

A Ouagadougou, les acteurs de changement se rencontrent pour «faciliter la jonction entre les mouvements virtuels… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.