10 Décembre 2017

Tunisie: La Tunisie classée 56e à l'échelle mondiale

La RSE : un potentiel moteur de développement régional

Etant un investissement responsable envers l'environnement mais également envers la société, la RSE constitue, selon Chawki Tabib, une solution incontournable à la précarité ainsi qu'à la marginalisation des individus et des régions. «Une entreprise RSE est une entreprise transparente, de bonne gouvernance, redevable envers l'individu et la société. Une telle entreprise ne peut ni faire partie de l'économie parallèle ni s'adonner à des pratiques de corruption.

C'est une entreprise qui ne fait qu'instaurer un climat de confiance entre les sphères économique, sociale et politique. Cette confiance dont nous avons tant besoin et qui est le secret de réussite de plusieurs pays à travers le monde», a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laâdhari, a souligné le rôle que devraient jouer les investisseurs, et d'une manière plus générale le secteur privé, dans l'instauration d'une dynamique de développement et d'investissement responsable dans les régions défavorisées.

Il a fait savoir que toutes les parties prenantes sont appelées à se servir des fondamentaux du concept de la RSE pour la relance économique dans ces régions marginalisées qui regorgent de richesses naturelles, culturelles mais qui manquent terriblement de projets et d'investissement.

Par ailleurs, la dimension sociétale de la RSE dans le développement régional serait une solution pour booster l'investissement dans les régions défavorisées qui représente, selon lui, la condition sine qua none pour la réussite de la transition économique.

Sur la bonne voie

Lors de son intervention, la directrice générale de la Caisse de Dépôt et de Consignation (CDC), Mme Boutheina Ben Yeghlane, a annoncé que, d'après une étude récente réalisée par l'Institut de recherche « Respeco », spécialisé dans la promotion de l'économie responsable, la Tunisie est placée parmi les économies mondiales ouvertes à la responsabilité sociétale de l'entreprise. Elle occupe désormais la 56e place à l'échelle mondiale et la 2e place à l'échelle maghrébine juste après le Maroc, classé 54e mondialement.

Elle a, par ailleurs, enregistré un saut de 26 places par rapport à son classement durant l'année 2013. Une performance qui, selon la directrice de la CDC, dénote l'engagement de la Tunisie à adopter le concept RSE. Elle s'oriente, avec détermination, vers la concrétisation du développement durable qui est axé sur trois volets, à savoir les volets économique, sociétal et environnemental.

Par ailleurs, Mme Boutheina Ben Yeghlane a expliqué que, lors de l'élaboration du plan quinquennal 2016-2020, les principes de la RSE et de l'investissement engagé ont été pris en compte. Le gouvernement table sur un taux de croissance qui avoisine les 4%, à l'horizon 2020.

Tirant son essence de la RSE, le plan quinquennal a été axé sur 5 volets, à savoir la bonne gouvernance (réformes de l'administration et lutte contre la corruption), la transition d'une économie à faible coût à une économie durable, le développement humain et inclusion sociale, le développement régional et l'économie verte qui est l'une des conditions essentielles pour faire face aux enjeux internationaux. «La RSE est en train de s'imposer en tant que gage de performance pour les entreprises.

Une performance qui se base sur les aspects économique, social et environnemental. En effet, la RSE est au cœur d'une entreprise performante et pérenne », a expliqué la DG de la CDC.

Elle a déclaré, en outre, que Harvard Business Revue a, récemment, décidé d'intégrer la RSE parmi les critères de performance d'une entreprise éthique, sociale et engagée envers son personnel. L'oratrice a fait savoir qu'étant le bras financier de l'Etat, la CDC confirme sa volonté de promouvoir un investissement responsable, et ce, à travers l'application d'une approche innovante impliquant les investisseurs responsables dans l'ensemble de ses investissements. En effet, l'étude des opportunités d'investissement réalisée par la caisse se base sur l'examen de l'éligibilité.

Outre l'impact financier, l'examen de l'éligibilité tient compte des répercussions environnementales et sociétales du projet. L'objectif est, désormais, d'instaurer un modèle de gestion qui balise la voie à un engagement sociétal de l'entreprise sur le long terme. La DG de la CDC a déclaré que la caisse compte adhérer à l'initiative lancée par les Nations unies qui vise à établir et agrandir un réseau international des investisseurs RSE.

Le Bénin a besoin de compétences tunisiennes

Le président de la Confédération nationale des employeurs du Bénin (Coneb), Albin Feliho, a affirmé, de son côté, que son pays compte recourir aux compétences humaines dont regorge la Tunisie et susceptibles d'intéresser les investisseurs béninois, en matière d'investissement et de RSE. «On est en train de chercher des compétences pour développer le pays.

La Coneb travaille à renforcer les capacités de ses membres ainsi qu'à hisser leur niveau dans le cadre d'un partenariat actif entre entrepreneurs tunisiens et béninois. Pour un partenariat gagnant-gagnant, nous avons conscience que nous devrions nous mettre à niveau à travers la labellisation de la RSE pour que vous ayez un relais digne de confiance permettant de mener des travaux dans notre pays », a-t-il souligné.

Pour sa part, Mme Charlotte Libog, représentante de l'ONG «Afrique grenier du monde», a affirmé que l'investissement RSE serait l'unique solution pour préserver les terres arables qui se trouvent dans le continent africain.

«Face à l'épuisement des ressources naturelles en Afrique, l'investissement doit être responsable écologiquement. L'Afrique nécessite, plus que jamais, de promouvoir la RSE. Et nous devons suivre l'exemple des projets tunisiens qui ont réussi dans le domaine de l'investissement responsable, tels que le projet « Accacia » qui doit être dupliqué sur tout le continent », a-t-elle conclu.

Tunisie

La colère gronde toujours notamment dans les quartiers populaires

En Tunisie, si les manifestations ont baissé en intensité la colère gronde toujours dans de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.