11 Décembre 2017

Congo-Brazzaville: La présentation de l'album "Kongo Roots" annulée

Olivia Rickenbach, attachée de presse du groupe Kitio & les Kongomen a expliqué, le week-end dernier aux médias, les raisons de l'interdiction de leur concert prévu pour le 2 décembre, au cercle culturel Sony-Labou-Tansi de Brazzaville.

Le concert du lancement de l'album "Kongo Roots" de Kitio & les Kongomen a été annulé par une ordonnance du tribunal de grande instance de Brazzaville, suite à une requête de Thomas Breuer demandant l'interdiction de représentation, d'exécution publique, ainsi que le lancement de cet opus, a annoncé Olivia Rickenbach. Cette ordonnance a été transmise aux organisateurs du concert six heures seulement avant le début de celui-ci.

Le groupe de musique et les organisateurs se sont battus jusqu'à la dernière minute pour pouvoir faire appel à la justice et annuler cette ordonnance. La justice n'étant accessible que du lundi au vendredi, aucun recours n'était possible ce jour même.

Entre-temps, a poursuivi l'attachée de presse, Kitio et ses alliés ont saisi le tribunal pour revendiquer leurs droits. Olivia Rickenbach a expliqué que Christ Batola Mbadi, qui a pour nom d'artiste Kitio, est l'unique auteur et compositeur des œuvres de l'album "Kongo Roots". Il est l'interprète principal et l'arrangeur des phonogrammes réunis sur cette oeuvre qui ont été enregistrés avec l'appui financier de sa fiancée.

La loi sur les droits d'auteur du 7 juillet 1982 déclare explicitement que « l'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle, exclusive et opposable à tous » (article 36) et qu'un transfert de ce droit « doit être constaté par écrit » (article 44). Cependant, aucun transfert de droit de propriété pour ces œuvres à Thomas Breuer n'a eu lieu, ont-ils constaté.

Selon l'attachée de presse du groupe, Thomas Breuer avait tenté d'imposer à Christ Batola Mbadi un contrat de production pour d'autres phonogrammes que ceux de l'album "Kongo Roots". Ces phonogrammes ont été enregistrés antérieurement avec son appui financier partiel, qu'il prétendait de fournir avec des motifs altruistes.

Cependant, après survenance de l'aboutissement des phonogrammes, il exhortait Christ Batola Mbadi à signer un contrat fortement biaisé en sa propre faveur, contrat qui a été refusé par ce dernier. Ces phonogrammes qui ne sont pas, bien entendu, les mêmes que ceux de l'album "Kongo Roots" ont été saisis par Thomas Breuer et se trouvent uniquement entre ses propres mains.

« On peut conclure que Thomas Breuer semble essayer de nuire à la réputation de Kitio et d'accaparer les droits d'auteur et des brecettes de l'album Kongo Roots contre la libre volonté de Christ Batola Mbadi, sans aucun droit et de manière frauduleuse en tentant de manipuler la justice avec des fausses déclarations. Pourtant, selon la loi n°24/82, les droits d'auteur de l'album Kongo Roots appartiennent exclusivement à Christ Batola Mbadi et sa fiancée », a précisé l'attachée de presse.

Rappelons que Kitio & the Kongomen est un groupe de musique constitué en association. Il détient une attestation de reconnaissance du ministère de la Culture et des arts. Cette association a pour but de promouvoir la musique écrite et composée ou chantée par Christ Batola Mbadi, alias Kitio, à travers le monde entier.

Congo-Brazzaville

Le Pool a besoin de matériel pour redémarrer l'activité agropastorale

Des humanitaires ont relancé lundi 18 juin la distribution de vivres aux populations du Pool grâce à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.