11 Décembre 2017

Congo-Kinshasa: Beni sous une nouvelle menace d'attaque terroriste !

Désormais, ce sont les positions militaires qui sont sous les viseurs des assaillants lourdement armés qui opèrent en ville et territoire de Beni. Les forces vives parlent déjà d'un nouveau mouvement rebelle qui s'installe progressivement à Beni.

Quelques heures seulement après l'attaque d'une des bases de la MONUSCO en territoire de Beni, les assaillants préparent un nouvel assaut sur la ville de Beni. Des sources renseignent que ce sont les positions FARDC disséminées dans la ville de Beni qui seraient dans les viseurs de cet ennemi de la paix assimilé à tort ou à défaut des éléments matériels aux terroristes ADF.

La nouvelle a été rapportée lundi matin par une dizaine de paysans qui témoignent avoir été pris en otage par l'ennemi aux fins fonds du Quartier Ngadi sur la route Beni-Mbau, non loin du l'endroit où la mort a surpris Feu MAMADOU. Selon les mêmes sources, ces assaillants étaient vêtus en tenue militaire FARDC et parlaient aisément la langue swahili. Deux d'entre eux étaient placés le long de la route pour arrêter les passants avant de les conduire à une centaine des mètres en brousse où étaient installés des dizaines d'autres assaillants. «Aucune torture physique ne nous a été infligée. Ils nous ont seulement demandé d'apporter le message aux FARDC qu'ils vont attaquer leurs différentes positions avant les festivités de fin d'année», rapporte madame José KAWAYA, une quinquagénaire et victime de cet incident. C'est autour de 9 heures que ces assaillants auraient libéré leurs otages avant de se retrancher dans les fins fonds de la brousse. Joint au téléphone hier matin, le porte-parole des opérations SOKOLA I annonce des actions de ratissage dans cette zone.

La population épargnée

Depuis un certain temps, les assaillants ont changé leur mode opératoire. Désormais, ils ne s'attaquent plus régulièrement à la population civile, mais plutôt aux positions militaires FARDC ou de la MONUSCO, ce qui suscite de nouveau un débat autour de leur identité. Au même moment, la machette, la hanche ou encore d'autres armes blanches semblent être abandonnées au profit des gros calibres et autres armes lourdes.

Les forces vives de Beni n'hésitent plus de parler d'un nouveau mouvement rebelle qui opérerait sous le label des ADF, information non encore confirmée par des sources militaires qui maintiennent toujours l'hypothèse ADF.

Pour rappel, jeudi 7 décembre dernier, c'est une attaque sans précédent qui a visé la mission de l'ONU dans l'Est de la RDC. Au moins 15 casques bleus ont été tués, 3 portés disparus et 53 blessés dans l'attaque contre la base de la MONUSCO située à côté du pont SEMULIKI, en plein «triangle de la mort» du territoire de Beni. La position de l'armée congolaise la plus proche se trouvait juste de l'autre côté du pont de SEMULIKI au PK40 à une dizaine de kilomètres et serait venue au secours des casques bleus.

Congo-Kinshasa

Des ONG appellent à une aide d'urgence pour les populations du Kasaï

En République démocratique du Congo, trois agences des Nations Unies - la FAO, L'Organisation des Nations… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.